2017 arrive : aux citoyens de jouer

Janvier débarque alors qu’une partie d’entre nous est comme paumée, encore heureuse des festivités de fin d’année et des instants chaleureux passés en famille, mais également glacée par une actualité toujours dramatique.

Vivre agréablement les fêtes tout en pensant aux victimes toujours plus nombreuses de la folie humaine, qu’on l’appelle guerre, terrorisme ou misère, n’a pas forcément été chose facile, mais nous y sommes arrivés. Et il le fallait. Car, sans non plus tomber dans la futilité, laisser la vie gagner et aller de l’avant est le meilleur pari à prendre. Rester pétrifié par la peur et l’angoisse ne résout aucun problème et ne permet pas d’avancer. Ce n’est pas non plus le modèle que nous voulons donner aux plus jeunes.

C’est donc décidé, en 2017 comme en 2016, non seulement nous ne laisserons pas la crainte nous paralyser, mais nous tenterons d’agir là où nous en avons encore les moyens. Nous n’oublierons pas que nous sommes chacun le maillon d’une grande chaîne.

Des évènements comme l’avènement de Donald Trump à la présidence des USA, le sort de la Syrie et de son peuple, les campagnes électorales en France, ou encore la précarité galopante, font que nous autres citoyens nous sentons impuissants à changer le cours des choses. Par ailleurs, nous avons aussi souvent le sentiment que les pouvoirs publics ne nous donnent plus les infrastructures nécessaires à une vie en société, notamment en termes de culture, d’emploi, d’aide aux démunis… Ce qui donne l’impression, à force de ne pas se sentir entendu, de crier dans le désert, puisqu’une fois passées les élections, nos édiles ont tendance à devenir sourds.

Alors, il ne nous reste plus qu’à retrousser nos manches et influer là où nous le pouvons (encore) pour améliorer notre cadre de vie : ici en essayant de sauver une MJC menacée de fermeture, là en rénovant un centre socio-éducatif, là encore en se battant pour la persistance de festivals populaires, à coups de pétitions ou encore en adhérant à une association citoyenne. La liste des possibles est finalement longue.

Au risque de radoter, il est urgent que nous, citoyens, nous emparions des outils qui nous permettront de façonner le monde de demain, celui où nous voudrions voir nos enfants grandir en paix.

Si janvier est la période des soldes, c’est aussi et surtout celle des bonnes résolutions et des vœux. Alors, en 2017, c’est au citoyen qui sommeille en nous de jouer !

Laurence Buffet

Laurence est rédactrice et éditorialiste.
Surnommée « Huggie les bons tuyaux », elle touche à tout et ne paie jamais rien plein pot !
Bavarde et râleuse, ses Éditos mensuels ne mâcheront pas leurs mots !
How feel the Lau
Laurence Buffet

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest