Le métier d’assistante maternelle peut être une réelle vocation, un changement de projet professionnel, parfois une décision prise suite à une volonté de travailler à domicile. Quoi qu’il en soit, quelle que soit la raison de ce choix de carrière, c’est un métier à part entière, pas aussi facile que certains peuvent le penser.

Les assistantes maternelles sont en charge de nos enfants, parfois dès le plus jeune âge, pendant que nous travaillons. Et cela impose de nombreuses contraintes. Nous disons « assistantes maternelles » au féminin, car seuls 3% sont des hommes. Alors, permettez-nous que, pour une fois, le féminin l’emporte…

 

Devenir assistante maternelle

 

La réunion d’information

assistante maternelle

Afin de devenir assistante maternelle, la première étape comprend une réunion d’information, organisée par un centre de Protection Maternelle Infantile (PMI). Cette étape est nécessaire afin de constater si oui ou non la candidate est faite pour ce métier, et si elle en comprend les conditions et les contraintes.

Être assistante maternelle implique de nombreuses connaissances et compétences, dans de nombreux domaines, très pointus. Cette réunion permet de guider les candidates dans leur réflexion et de véritablement vérifier leur projet professionnel.

Si, à l’issue de cette réunion, elle est prête à suivre cette carrière, elle doit alors demander un formulaire administratif de demande d’agrément. Elle devra le remplir et y joindre de nombreux renseignements et papiers complémentaires, dont un extrait de casier judiciaire et un certificat médical.

 

L’obtention de l’agrément

assistante maternelle

L’étape suivante consiste en une visite du domicile par une puéricultrice. Elle examine attentivement les conditions d’accueil des enfants : sécurité, matériel, pièces à disposition. S’ensuit une conversation à propos de la profession d’assistante maternelle, et de la façon dont la candidate perçoit cette fonction. Enfin, la professionnelle évalue le sens de l’organisation, la façon de communiquer et les aptitudes éducatives de la candidate.

À l’issue de cette visite, la puéricultrice donne un accord ou un refus d’agrément, ainsi que le nombre de places qu’elle attribue à la future assistante maternelle. Le Conseil Général examine alors l’avis donné et refuse, ou accorde, entièrement ou partiellement l’agrément proposé. Si l’agrément est obtenu, il est valable 5 ans et doit faire l’objet d’une demande de renouvellement.

L’assistante maternelle devra ensuite suivre une formation de 120 heures en deux temps : 60h avant l’accueil du premier enfant et 60h dans les deux ans qui suivent l’obtention de l’agrément. Il existe ensuite une possibilité de formation continue, grâce au Droit Individuel à la Formation (DIF), au plan de formation et à la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).

Des évolutions de carrière sont possibles, comme obtenir une certification qui offre une qualification supplémentaire, passer le CAP Petite Enfance, travailler en crèche, en crèche familiale ou même, parfois, en créer une.

Bon à savoir : afin d’aménager votre logement, vous pouvez éventuellement bénéficier de deux sortes d’aides qui sont attribuées par la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) : la prime d’installation pour les nouveaux agréments et le prêt de l’amélioration de l’habitat à taux zéro.

Pour en savoir plus sur vos démarches :

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F798

 

À lire également :

 

Céline Perrin

Céline a plus d’une corde à son arc : écrivain public, elle est aussi rédactrice web, correctrice, biographe et auteure pour la jeunesse.
Toujours à l’écoute des autres et très communicative, elle bouillonne d’idées en permanence !
www.abclignes.com
Céline Perrin

Les derniers articles par Céline Perrin (tout voir)

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest