Il est aujourd’hui certain que le lait (maternel ou 1er âge vendu en pharmacie) est l’aliment le plus important de bébé. Il est même le seul qu’on doive lui donner dans les 4 à 6 premiers mois de sa vie.

Les pédiatres et chercheurs ont souvent modifié l’âge du début de la diversification alimentaire du nourrisson. De 6 mois, nous sommes passés à 4 mois, voire pour certains pédiatres à 3 mois parfois.

Même si vous trouvez ça vraiment trop « mignon » de voir Bébé cracher dans une cuillère dès ses 4 mois en essayant de manger une bonne purée de carottes, ne soyez pas trop pressé. Le plus tard possible est la meilleure des choses à faire.

Voici pour quelles raisons.

Diversification alimentaire : pourquoi il ne faut pas brûler les étapes

 

1. Les raisons physiologiques

Tout d’abord, permettez-moi de rappeler une évidence : votre bébé, avant ses 4 ou 5 mois, ne peut pas manger. Il est incapable d’avaler quelque nourriture que ce soit à l’aide d’une cuillère, en devant entraîner à l’arrière de sa gorge un aliment plus solide que du lait. Quant aux réflexes de la mastication, il ne les acquiert qu’à partir d’environ 9 mois.

Physiologiquement, anatomiquement, votre enfant a une certaine capacité à « faire pipi » et « faire caca ». Pour faire simple, intégrer une alimentation solide trop tôt entraîne une surcharge pour ses reins, notamment à cause de l’apport de sodium que provoque la diversité alimentaire. Enfin, il n’est pas capable avant au moins l’âge de 6 mois de digérer trop d’aliments différents et des fibres.

Le lait maternel ou 1er âge apporte tous les éléments nutritionnels dont un enfant a besoin lors des 5 premiers mois de sa vie. Hormis peut-être l’apport de vitamine D. C’est pour cela que les pédiatres en prescrivent dès les premières semaines. Si l’on diversifie trop tôt l’alimentation d’un nourrisson, on diminue forcément la dose de lait dont il a besoin. Ceci peut entraîner des carences en fer, en calcium et en acides gras essentiels.

Il ne s’agit pas non plus de priver votre enfant de protéines ou encore de sodium en diversifiant sa nourriture trop tard. Mais jusqu’à ses 6 mois, il n’y a pas de risques que cela se produise.

 

2. Les raisons allergiques

diversification alimentaire

Par précaution, on sait que l’on n’introduit pas d’aliments comme le gluten par exemple, avant les 6 mois de Bébé. Les farines données avant cet âge doivent d’ailleurs être absolument diastasées, non sucrées et sans gluten.

De plus, certains aliments donnés trop tôt peuvent entraîner des allergies alimentaires ou encore de l’eczéma. Chez les enfants ayant un terrain à risques héréditaire, il est préférable de se donner au moins 6 mois avant d’introduire quoi que ce soit d’autre que du lait.

Et, lorsque vous commencez la diversification, soyez attentifs à ce que vous dit votre pédiatre. Introduisez chaque aliment petit à petit. Ainsi, commencez par les compotes de fruits et les purées de légumes, sans ajout de sel ou de mauvaises graisses. Introduisez la viande et les féculents seulement 2 mois après. Les petits pots pour bébés vendus en supermarché sont très bien étudiés afin de ne pas apporter trop de sel, de gluten ou de saccharose. Si vous cuisinez vous-même pour bébé, n’ajoutez pas de sel car les viandes que vous mixez en contiennent suffisamment.

N’ajoutez pas non plus de sucre au prétexte que vous pensez que Bébé préfère les saveurs sucrées. Ne l’habituez pas à aimer les aliments trop sucrés trop tôt, sous peine de gros soucis de santé plus tard.

 

3. Les raisons nutritionnelles

Hormis le fait que les sucres, sels, farines, féculents et autres aliments peuvent apporter des allergies, des raisons nutritionnelles évidentes demandent des précautions lors de la diversification de l’alimentation.

Commencez doucement. Quelques cuillères vers 5 mois, voire 6, un repas complet seulement vers 7 mois. Le corps de votre bébé doit s’habituer à la diversification. Et puis, forcément, si la dose d’aliments solides augmente, la dose de lait réduit. Or, votre enfant a encore besoin d’au moins 500 ml de lait par jour. S’il ne veut plus, ou moins de biberons, proposez-lui d’autres laitages mais n’abandonnez pas le lait, qui lui apporte tout le calcium dont il a besoin.

Inutile de donner à Bébé des laits de croissance qui, souvent, donnent un apport supplémentaire non nécessaire en fer, fluor et sucres. Le lait 2ème âge et, ensuite, le lait demi-écrémé, sont parfaits et suffisants. Tant qu’ils sont donnés en bonne quantité.

Avec l’aide de votre pédiatre, vérifiez simplement que votre enfant a un apport suffisant en vitamine D.

Lorsque bébé mangera comme un grand, préparez-lui cette délicieuse purée de courgette au chèvre frais.

 

À lire également :

Céline Perrin

Céline a plus d’une corde à son arc : écrivain public, elle est aussi rédactrice web, correctrice, biographe et auteure pour la jeunesse.
Toujours à l’écoute des autres et très communicative, elle bouillonne d’idées en permanence !
www.abclignes.com
Céline Perrin

Les derniers articles par Céline Perrin (tout voir)

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest