Bien sûr, il y a les visites médicales à l’école. Mais elles n’ont pas lieu tous les ans et des doutes sur la vision de nos enfants peuvent s’installer entre-temps. Aussi, il est préférable de ne pas attendre la suivante pour s’alarmer.

Mais, finalement, quand faut-il s’inquiéter ? Dans quels cas et à quel âge devons-nous emmener nos enfants à une consultation ophtalmologique ?

Voici quelques pistes pour vous aider « à y voir plus clair »…

 

Quand emmener nos enfants chez l’ophtalmo ?

Une visite chez l’ophtalmologiste, sachez tout d’abord que ce n’est pas obligatoire. Cependant, si vous amenez votre enfant avant l’âge de quatre ans chez votre ophtalmo, vous avez raison. Car, à cet âge, la plupart des troubles peuvent se résorber complètement.

 

Première visite

ophtalmo

En principe, la vision de votre enfant est contrôlée par un pédiatre, puis par des visites médicales, aux environs de ses 6 mois, puis au CP et, enfin, à l’entrée en 6ème. Entre-temps, il vous appartient de prendre cette décision. Même si, bien sûr, votre médecin peut vous alerter en examinant Loulou, c’est vous qui vivez au quotidien à ses côtés et qui pouvez être à même de détecter un éventuel problème.

L’âge idéal de la première consultation n’est pas très précis. Cependant, entre 12 et 18 mois paraît être une fourchette raisonnable.

Si vous allez chez le spécialiste pour un simple contrôle, voici comment se passe la visite :

  • L’ophtalmo commence par un certain nombre de questions : antécédents familiaux, grossesse, accouchement, alertes éventuelles données par un pédiatre ou un médecin traitant.
  • Il poursuit par l’examen : test du réflexe de rétrécissement de la pupille, recherche d’un éventuel strabisme, vérification du bon fonctionnement de chaque œil, détection d’éventuelles anomalies de la cornée et du cristallin.
  • Ensuite, s’il souhaite vérifier l’évolution de la vision de votre enfant, pour telle ou telle raison, l’ophtalmologiste vous proposera un autre rendez-vous, soit quelques semaines plus tard, soit dans 1 ou 2 ans. Il ne peut mesurer l’acuité visuelle de loin et de près, ainsi que la perception du relief, qu’après les 3 ans de votre enfant.
  • En cas d’antécédents familiaux qu’il convient de surveiller, votre spécialiste pourra effectuer dans un second rendez-vous des mesures du défaut optique et/ou un « fond de l’œil » (analyse de la rétine).

Il est possible que votre enfant ait besoin de mettre un collyre dans les yeux avant le rendez-vous. Rassurez-le : c’est peut-être un peu gênant, mais pas douloureux. Ce collyre permet de dilater la pupille et relaxer les yeux de Loulou. Les effets disparaissent en quelques heures.

Lors du premier rendez-vous, si votre enfant est encore un bébé, vous pouvez le prendre sur vos genoux, le mettre à l’aise, lui donner un doudou ou un biberon pour le rassurer. Tout est vraiment présent dans chaque cabinet pour s’adapter aux patients les plus jeunes, même s’ils ont moins d’un an.

 

Ensuite, quand y retourner ?

ophtalmo

Si, après votre première visite, le spécialiste ne préconise pas de vérifications ponctuelles, vous n’avez aucune raison de vous inquiéter. C’est que votre bébé n’a pas de terrain favorable à un souci éventuel.

Cependant, voici quelques signes qui, s’ils apparaissent plusieurs mois après cette première visite, doivent vous alerter et vous faire prendre un nouveau rendez-vous :

  • Des yeux souvent rouges,
  • l’impression qu’il louche,
  • un larmoiement avec éventuellement présence de pus,
  • un regard qui semble inexpressif,
  • un reflet blanc dans les pupilles,
  • un clignement ou un plissement des yeux récurrent.

Lorsque votre enfant est plus grand, scolarisé, mais n’a pas de rendez-vous prévu non plus, voici les autres signes à surveiller :

  • Désintérêt de l’école,
  • mauvais résultats scolaires,
  • plisse ou cligne des yeux pour regarder quelque chose ou pour lire,
  • refuse les jeux de balles, de stratégies, etc.

Bon à savoir : même si demander l’avis du médecin traitant peut être une première piste pour ne pas s’alarmer pour rien, sachez que le parcours de santé n’est pas obligatoire si vous voulez consulter un ophtalmologiste pour votre enfant. Vous pouvez prendre rendez-vous directement au cabinet du spécialiste et serez remboursé de votre visite.

Un ophtalmologiste peut intervenir de manière efficace avant l’âge de 6 ans sur la myopie, l’astigmatisme et l’hypermétropie, ainsi que sur le strabisme et la cataracte. Ces soucis peuvent se résoudre évidemment avec des lunettes, voire des lentilles pour les plus grands, ou encore un « cache » sur l’œil qui pose problème. Il se pourrait que le spécialiste propose également à votre enfant des séances de rééducation chez l’orthoptiste.

Ces troubles se soignent bien. Mais si vous les négligez, ils peuvent conduire à des conséquences plus graves, comme une amblyopie (un défaut de développement des voies visuelles entre l’œil et le cerveau). Ceci entraînera une vision plus faible à vie pour l’œil touché.

À lire également :

Céline Perrin

Céline Perrin

Céline a plus d’une corde à son arc : écrivain public, elle est aussi rédactrice web, correctrice, biographe et auteure pour la jeunesse.
Toujours à l’écoute des autres et très communicative, elle bouillonne d’idées en permanence !
www.abclignes.com
Céline Perrin

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest