La néophobie, voilà un bien curieux mot. Le connaissez-vous ? Il vient du grec : « neo » pour nouveau et « phobein » pour craindre. En fait, la néophobie est la peur de tout ce qui est inconnu ou nouveau.

Côté enfants, la néophobie alimentaire, qu’est-ce que cela signifie exactement ?

La néophobie alimentaire : une crainte banale et courante

La néophobie est un sentiment de peur face à de nouveaux aliments. Vous avez déjà très certainement entendu votre enfant vous dire : « Non, j’aime pas ça ! » avant même d’avoir goûté une seule bouchée de son plat. Ne vous découragez pas, cette situation n’a rien d’alarmant, elle est même très fréquente entre 2 et 10 ans (environ ¾ des enfants traversent cette période).

Ce n’est pas un « caprice de table » de sa part, l’enfant a réellement une phobie de tout aliment étranger se trouvant dans son assiette. Il se met alors à les trier, les mélanger, les examiner un à un, les sentir, les triturer, il grimace, refuse d’ouvrir la bouche et finit par repousser son assiette.

Quelles sont les causes de la néophobie alimentaire ?

neophobie alimentaire

La néophobie alimentaire intervient généralement à la fameuse période du « Non », soit vers l’âge de 2 ans. Le tout-petit cherche à s’affirmer, il est en pleine phase d’opposition et refuse que ses parents lui posent un cadre.

De plus, il est naturellement attiré par une alimentation sucrée. Il connait la sensation de plaisir qui en découle et les saveurs comme le salé, l’acide ou l’amer lui donnent un sentiment d’insécurité. Il veut savoir ce qu’il mange et ne veut pas prendre de risque en goûtant un aliment qui lui est inconnu.

Sa peur étant surtout axée autour des fruits et légumes, les conséquences de son refus peuvent être contrariantes pour sa santé si elle perdure. D’autant plus qu’après 8 ans, il est plus difficile de changer les habitudes alimentaires prises dès le plus jeune âge.

Néophobie alimentaire : que faire ?

néophobie alimentaire

Inutile de le gronder ou de crier, cela ne résoudra en rien le problème ! Le chantage et l’intimidation ne sont pas non plus des méthodes efficaces. Cela peut marcher un certain temps, mais tôt ou tard son refus reviendra en force et les repas familiaux risquent fort de tourner au vinaigre.

Soyez souple et imaginatif ! Il faut essayer de l’amener, tout en douceur, petit à petit, à vaincre sa néophobie :

  • Faites-le participer à la préparation des repas. Par exemple, laissez-le laver les légumes et les éplucher, mettre les mains dans une pâte à tarte, etc.
  • Dans la cuisine, placez de beaux fruits joliment présentés dans une corbeille.
  • Lors des repas, présentez-lui plusieurs fois un aliment, même s’il n’a pas reçu un très bon accueil la première fois.
  • Allez-y par étapes, n’introduisez qu’un seul aliment nouveau par repas.
  • Ne lui donnez pas de trop grosses quantités.
  • Disposez toujours les aliments refusés de la même façon pour qu’il se familiarise avec.
  • Félicitez-le pour ses efforts lorsqu’il en goûte un.
  • Montrez-lui l’exemple avec enthousiasme en mangeant de nouveaux mets. Il goûtera plus facilement s’il vous voit les apprécier.
  • Faites en sorte que le repas se déroule dans une ambiance calme. Si vous le forcez à manger et que vous vous énervez, il y a de fortes chances qu’il se braque et ne change pas de regard face à ces aliments tant redoutés.

Enfin, ce n’est pas parce que votre enfant souffre de néophobie qu’il doit décider du menu pour toute la famille ! C’est vous le Chef en cuisine, aussi soyez ferme, mais avec le sourire, tout en gardant à l’esprit que votre rôle de parent est de l’éveiller et de l’éduquer au goût et à l’alimentation.

 

À lire également :

Cathy Delcros

Cathy est rédactrice web, biographe et auteure.
Toujours à l’affût de bons plans et de nouveautés, elle adore partager ses coups de cœur tout comme ses coups de gueule !
Femme à tendance suractive, elle booste sa vie autant que celle dont elle croise le chemin !
www.larondedesans.fr
Cathy Delcros

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest