Si l’on parle souvent des troubles du sommeil de l’adulte (ou insomnies), l’enfant peut aussi en être une petite victime. Difficultés d’endormissement, réveils nocturnes ou réveils matinaux précoces, ces troubles, lorsqu’ils se répètent, nuisent à son bon développement. Somnolence, irritabilité, l’enfant est fatigué et cela se ressent à la maison, comme à l’école.

Essayons d’identifier et de comprendre les troubles du sommeil de l’enfant.

 

Troubles du sommeil : comprendre pour mieux agir

Le sommeil est essentiel, pour les adultes comme pour les enfants. Il permet à l’organisme de récupérer physiquement, intellectuellement et psychologiquement. Il entretient notre capital santé. C’est grâce à ces périodes de repos que notre mémoire est consolidée et l’apprentissage ainsi facilité. Les informations perçues lors de la journée sont triées et stockées dans la mémoire pendant la nuit.

Chez le bébé et l’enfant, la production d’hormones de croissance est nettement favorisée durant leur sommeil. Ces hormones sont indispensables à leur bon développement. Peu importe que votre enfant soit un petit ou un gros dormeur, qu’il soit un couche-tôt ou un lève-tard, l’essentiel est qu’il ait un sommeil réparateur, de bonne qualité. Si à partir de 6 ans son temps de sommeil quotidien se réduit régulièrement jusqu’à l’âge adulte, ces évolutions n’impactent pas la qualité de son sommeil.

Cependant, dès le plus jeune âge, certains enfants souffrent de troubles du sommeil qui viennent perturber leur croissance. Il est primordial de les détecter rapidement, afin qu’ils n’affectent pas leur équilibre.

 

Troubles du sommeil de l’enfant : comment se manifestent-ils ?

troubles du sommeil

 

Les raisons peuvent être nombreuses. Elles peuvent provenir de dyssomnie, c’est-à-dire de difficultés d’endormissement et de réveils nocturnes, ou de parasomnie, c’est-à-dire de cauchemars, de terreurs nocturnes ou encore de somnambulisme.

  • La dyssomnie

Elle provoque une altération de la qualité et de la quantité de sommeil. C’est l’une des principales causes de troubles du sommeil chez l’enfant. Il présente des difficultés pour s’endormir et se réveille plusieurs fois dans la nuit.

La dyssomnie de l’enfant peut être liée à plusieurs types de causes, par exemple :

  • Au stade de son développement (peur de la séparation, arrêt de la tétine, etc.)
  • À une irrégularité des horaires de coucher
  • À des changements ou évènements psychologiques dans son environnement (séparation des parents, déménagement, maladie de l’un d’entre eux, etc.)
  • À des problèmes dans la relation affective avec ses parents (surprotection des parents ou au contraire, indifférence, etc.)
  • À des difficultés scolaires
  • À une chambre inconfortable (mauvaise literie, etc.)
  • La parasomnie

C’est un évènement indésirable qui survient lors de l’endormissement, pendant le sommeil ou lors de réveils partiels. Ces troubles altèrent le sommeil et provoquent une agitation : anxiété, sueurs, mouvements brusques et parfois cris.

La parasomnie se manifeste par des cauchemars, des terreurs nocturnes ou encore du somnambulisme. Moins fréquent et moins spectaculaire, le fait de parler en dormant, de grincer des dents ou de souffrir d’énurésie est aussi un des types de parasomnie. Ces troubles sont sans gravité et disparaissent généralement avec le temps.

Là aussi, les causes sont très diverses :

  • Fatigue
  • Stress
  • Environnement sonore
  • Apnées du sommeil, etc.

Qu’il s’agisse de dyssomnie ou de parasomnie, certains troubles du sommeil passagers peuvent aussi apparaitre en raison d’infections ORL (otite, rhinopharyngite, angine, laryngite, etc.) ou de troubles digestifs et de fièvre.

 

Troubles du sommeil : quelles conséquences pour l’enfant ?

troubles du sommeil

Aussi vital que son alimentation, le sommeil de l’enfant doit être préservé. Le retentissement de ces troubles, à court ou moyen terme, peut entrainer des dysfonctionnements importants :

  • Des troubles du caractère (impatience, énervement, susceptibilité, hyperactivité, etc.)
  • Une somnolence dans la journée
  • Des difficultés d’apprentissage à l’école (souci d’attention, de concentration, etc.)

Le sommeil assure la production de plusieurs hormones, notamment celles de croissance, mais aussi celles qui régulent l’appétit. D’après l’INSERM, Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, une privation chronique de sommeil pourrait créer une augmentation de surpoids et d’obésité, ainsi qu’un diabète tardif. D’autant plus qu’un enfant qui dort peu grignote davantage et a plus faim.

 

Troubles du sommeil : comment aider son enfant ?

Il est essentiel de respecter certaines règles pour favoriser le sommeil de son enfant :

  • Instaurez des horaires de coucher fixes et, dans la mesure du possible, essayez de vous y tenir.
  • Dites-lui, au moins une heure avant de s’endormir, qu’il est bientôt l’heure d’aller au lit. Cela va le préparer progressivement à ce moment qu’il redoute peut-être.

troubles du sommeil

  • Bannissez les écrans (télé, consoles, ordinateur, etc.) qui vont l’exciter au lieu de l’apaiser. Ils sont vraiment de faux-amis du sommeil.
  • Si vous en avez la possibilité, avant le dîner, proposez-lui un bain. Les enfants se dépensent beaucoup la journée et barboter dans une eau tiède leur permettent d’évacuer les tensions accumulées.
  • Préparez-lui un repas qui va favoriser son endormissement. Évitez les aliments trop énergétiques.
  • Avant d’éteindre la lumière de sa chambre, restez quelques instants près de lui. Parlez ensemble de sa journée et félicitez-le sur ce qu’il a entrepris. Rassurez-le, si elle n’a pas été tout à fait comme il l’aurait souhaitée. C’est un bon moyen de favoriser une attitude sereine et une paix intérieure. Lisez-lui une petite histoire s’il vous le demande.
  • S’il dort encore avec un doudou ou/et une tétine, veillez à ce qu’ils soient bien près de lui. S’il se réveille dans la nuit, il se sentira davantage en sécurité bien entouré.
  • Il se peut aussi que votre enfant soit importuné durant sa phase d’endormissement ou de sommeil. Installez-vous à sa place et dans les mêmes conditions. Température de la pièce, ombres, bruits intempestifs… Une ombre qui se projette sur un mur ou même venant de l’extérieur peut le perturber, de même que certains bruits n’étant audibles que de sa chambre. L’imagination d’un enfant est sans limite et peut éveiller des craintes, angoisses, cauchemar, etc.

Rappel : la température de la chambre ne doit pas excéder 19°.

  • S’il se réveille dans la nuit, ne le sortez pas du lit. Contentez-vous de gestes tendres qui l’aideront à le calmer et rassurez-le.
  • Enfin, s’il se glisse dans votre lit en pleine nuit, alors qu’il a l’habitude de dormir seul dans sa chambre, raccompagnez-le dans sa chambre tout en tendresse, mais avec un brin de fermeté. Il doit comprendre que sa place est dans son lit, pas dans le vôtre. Inutile de trop lui parler, vous risqueriez de le perturber. Vous aurez le temps de reprendre le sujet le lendemain matin.

Si les troubles de sommeil de votre enfant persistent de façon continue pendant plus d’une semaine, n’hésitez pas à consulter votre médecin. Ces troubles peuvent être des signes d’anxiété et, parfois, le simple fait de les évoquer peut débloquer la situation.

À lire également :

Cathy Delcros

Cathy Delcros

Cathy est rédactrice web, biographe et auteure.
Toujours à l’affût de bons plans et de nouveautés, elle adore partager ses coups de cœur tout comme ses coups de gueule !
Femme à tendance suractive, elle booste sa vie autant que celle dont elle croise le chemin !
www.larondedesans.fr
Cathy Delcros

Les derniers articles par Cathy Delcros (tout voir)

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest