L’énurésie nocturne, plus communément appelée « pipi au lit », touche environ 9 % des enfants de 5 à 10 ans et 11 % des enfants âgés de 5 à 7 ans. Ce qui signifie qu’en France, près de 400 000 enfants de 5 à 10 ans sont concernés par ce trouble.

 

Qu’est-ce que l’énurésie nocturne ?

énurésie nocturne

L’énurésie nocturne est une émission d’urine complète et involontaire qui intervient pendant le sommeil de l’enfant. On parle d’énurésie lorsque ce trouble fonctionnel survient chez une enfant de plus de 5 ans, âge où le contrôle des sphincters est acquis.

Il faut distinguer deux types d’énurésie nocturne :

  • L’énurésie primaire, c’est-à-dire lorsque l’enfant n’a jamais été propre la nuit (70 % des cas).
  • L’énurésie secondaire, moins fréquente, qui survient alors que l’enfant était propre depuis au moins 6 mois. Elle arrive le plus souvent après un choc affectif ou traumatique (décès d’un proche, divorce des parents, naissance d’un nouvel enfant, échec scolaire, etc.).

À partir de quand parle-t-on d’énurésie ?

La propreté nocturne est généralement acquise entre 3 et 5 ans. Mais la maturation du cerveau et de la vessie qui la commande n’est vraiment achevée qu’à partir de 5 ans, voire 6 ans. On parle donc d’énurésie seulement à partir de l’âge de 5 ans.

Quelles en sont les causes ?

L’énurésie nocturne, notamment primaire, peut être favorisée par diverses causes physiologiques :

  • Un retard dans le processus de maturation de la vessie (la vessie se vide sans que l’enfant ne puisse se retenir).
  • Une prédisposition génétique (dans 30 à 60 % des cas, l’un ou les deux parents étaient énurétiques).
  • Une vessie plus petite que la moyenne.

Elle peut aussi être induite par des causes physiologiques qui sont souvent plus difficiles à identifier :

  • Le désir de rester un bébé.
  • Un apprentissage trop strict du pot.
  • Des difficultés de réveil nocturne (l’enfant à un sommeil très profond et se réveille difficilement la nuit).
  • Un grand choc émotionnel

Comment aider son enfant ?

énurésie nocturne

Avant de s’inquiéter ou de dramatiser la situation, il est essentiel de rassurer et de soutenir votre enfant. Il est inutile de le punir ou de le réprimander, car cela ne ferait qu’alourdir son fardeau et favoriser un sentiment de honte. Privilégiez toujours le dialogue et expliquez-lui que ces pipis au lit ne sont pas de sa faute et ne sont que temporaires.

Appliquez également quelques mesures préventives au quotidien pour l’aider à désamorcer le problème :

  • Incitez-le à aller régulièrement aux toilettes la journée, y compris avant de dormir.
  • Laissez une veilleuse dans sa chambre, afin de lui faciliter l’accès aux toilettes.
  • Évitez de lui mettre des couches pour l’aider à grandir et à se maitriser (placez des alèses étanches sur son lit).
  • Limitez les boissons (surtout celles sucrées et gazeuses) au moins deux heures avant l’heure du coucher.
  • Ne lui donnez pas d’aliments trop salés, ils favorisent la soif.
  • Laissez un pot dans sa chambre si cela le rassure.
  • Instaurez avec lui la mise en place d’un calendrier mictionnel où il notera les nuits où il a été propre et félicitez-le en cas d’évolution.

Quand faut-il consulter si l’énurésie nocturne persiste ?

Dans la plupart des cas, l’énurésie nocturne disparait spontanément.

Cependant, une consultation médicale peut s’avérer nécessaire si :

  • Aucune des mesures préventives appliquées pendant plusieurs semaines ne fonctionne.
  • Les pipis au lit ont un retentissement important sur sa vie sociale et scolaire : peur de dormir chez un copain, refus de faire un voyage collectif, chute des résultats scolaires et de l’attention en classe, etc.
  • Un changement de comportement intervient : baisse de l’estime de soi, pleurs, évocation intempestive ou au contraire rarissime du trouble, etc.
  • Des troubles urinaires se manifestent au cours de la journée (impossibilité à se retenir, douleurs en urinant, etc.).
  • L’enfant continue de faire pipi au lit après 6 ans.

Après un examen où le médecin cherchera à comprendre les causes de l’énurésie, la mise en place d’un traitement et/ou d’une psychothérapie peut être envisagée.

Loin d’être une maladie, il est indispensable de dédramatiser l’énurésie de son enfant, car il a avant toute chose besoin de votre soutien et de se sentir en confiance pour enrayer ce petit souci du quotidien.

Découvrez également dans cet article, comment gérer les caprices de son enfant.

Cathy Delcros

Cathy Delcros

Cathy est rédactrice web, biographe et auteure.
Toujours à l’affût de bons plans et de nouveautés, elle adore partager ses coups de cœur tout comme ses coups de gueule !
Femme à tendance suractive, elle booste sa vie autant que celle dont elle croise le chemin !
www.larondedesans.fr
Cathy Delcros

Les derniers articles par Cathy Delcros (tout voir)

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest