Faire l’amour pendant la grossesse, est-ce sans risque ?

Toutes les futures mamans se posent la question de savoir si l’acte sexuel pendant la grossesse ne fait courir aucun risque à leur bébé, et s’il est possible de continuer à entretenir des rapports amoureux satisfaisants pendant cette période. Quant aux futurs papas, ils sont bien souvent déstabilisés devant le nouveau corps de leur partenaire.

Il est vrai qu’être enceinte modifie le désir et les sensations : comment adapter sa libido à son nouveau corps ? Comment bien vivre sa sexualité lors de sa grossesse ?

Un désir sexuel bénéfique pour le fœtus et les futurs parents

Si le désir est là, il est inutile de se priver de faire l’amour sous prétexte de la présence du bébé : les moments de plaisir et de détente vécus par la maman sont forcément bénéfiques au fœtus. Les médecins sont d’ailleurs tous unanimes : faire l’amour pendant la grossesse ne fait courir aucun danger à l’enfant, d’autant plus qu’il est protégé par le col et l’épais bouchon muqueux qui ferme l’utérus. Il est donc totalement impossible de rentrer en contact avec le fœtus lors d’une pénétration.

De plus, une femme enceinte a plus que jamais besoin de se sentir aimée, son corps se transforme au fil des mois et le désir de son partenaire à son égard la rassure et la sécurise. Devenir mère ne signifie pas ne plus être femme, bien au contraire, des rapports sexuels lors de la grossesse permettent au couple de partager de nouvelles émotions et sensations. Quant au futur papa, ces contacts corps à corps avec sa partenaire lui permettront d’être moins déstabilisé devant les formes épanouies de sa compagne et de mieux apprivoiser son rôle de père.

Des sensations et des envies différentes au fil des mois

femme enceinte

La sensibilité de la femme enceinte est différente, parfois exacerbée, ce qui peut augmenter son envie de faire l’amour, mais aussi la rendre plus ou moins réceptive à certaines caresses. Si le premier trimestre de la grossesse peut être difficile à vivre en raison d’éventuelles nausées, d’une poitrine très sensible et d’une forte envie de dormir, les trois mois suivants (le 4e, 5e et 6e) offrent une plus forte libido : les hormones, complètement chamboulées, n’y sont pas étrangères et le désir peut devenir intense.

Le dernier trimestre est parfois moins propice aux galipettes, le ventre devient proéminent et certaines positions inconfortables, voire impossibles. Il faudra alors découvrir ce nouveau corps et inventer des gestes inédits, apprendre à se redécouvrir l’un et l’autre et explorer de nouveaux comportements, faites-en une richesse !

Seules des contre-indications médicales peuvent empêcher une sexualité normale durant la grossesse. Une menace d’accouchement prématuré importante, un placenta praevia (c’est-à-dire un placenta mal positionné qui vient recouvrir le col) ou encore des fausses-couches répétées peuvent amener le médecin ou la sage-femme à déconseiller les rapports sexuels. Ne vous privez pas pour autant de tendresse : privilégiez les caresses et massages sensuels avec votre partenaire, elles vous apporteront une tendre complicité.

Et pour celles et ceux qui en doutent encore, rappelez-vous que le bébé est très bien protégé dans sa bulle liquide, dans un utérus complètement fermé par le bouchon muqueux. Alors, sachez profiter de ces moments où vous ne risquez pas encore d’être interrompus par ses pleurs dans la chambre à côté !

Céline Perrin

Céline Perrin

Céline a plus d’une corde à son arc : écrivain public, elle est aussi rédactrice web, correctrice, biographe et auteure pour la jeunesse.
Toujours à l’écoute des autres et très communicative, elle bouillonne d’idées en permanence !
www.abclignes.com
Céline Perrin

Les derniers articles par Céline Perrin (tout voir)

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest