L’avocat est un fruit caméléon dont la chair tendre et fondante permet de jongler avec une multitude de recettes. En vinaigrette, en salade, en mousse ou tout simplement pour agrémenter un sandwich, ou préparer un guacamole, il est une valeur sûre dans de nombreuses préparations culinaires.

Riche en fibres et en antioxydants, c’est un fruit aussi utile côté cuisine que côté beauté, tant son pouvoir hydratant prend soin de notre corps.

Mais savez-vous comment faire pousser un avocat afin d’en avoir un toujours sous la main ?

 

Faire pousser un avocat : mode d’emploi en 5 étapes

Faire pousser un avocat est une activité facile, ludique (les enfants vont adorer !), économique et écolo pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

 

1. Préparation et nettoyage du noyau d’avocat

avocat

  • C’est à partir du noyau de l’avocat que tout se joue. Pour qu’il soit utilisable, choisissez un avocat à bonne maturité, mais non abîmé. Il doit être ni trop mou ni trop dur.
  • À l’aide d’un couteau, coupez délicatement l’avocat en deux en prenant garde de ne surtout pas écorcher le noyau.
  • Retirez le noyau et nettoyez-le avec précaution à l’eau claire afin d’enlever la chair qui y adhère.
  • Trempez-le ensuite une demi-heure dans de l’eau chaude, entre 35° et 40°C.
  • Faites-le sécher au soleil ou à l’air chaud et sec pendant plusieurs heures. Il ne doit plus rester de trace d’humidité.

 

2. Immersion du noyau d’avocat

  • Remplissez un verre (pas trop large) d’eau.
  • Tenez votre noyau bien droit, pointe vers le haut, et piquez-le avec 3 cure-dents, sans trop enfoncer (environ 5 mm de profondeur), à intervalles régulier et à mi-hauteur du noyau.
  • Posez-le ensuite sur le verre, toujours pointe vers le haut. La moitié inférieure doit être immergée dans l’eau, mais la pointe doit rester à l’air libre. Le noyau ne doit pas toucher la bordure du verre, seuls les cure-dents touchent ses parois.
  • Placez le verre près d’une source de lumière et pensez à vérifier régulièrement le niveau d’eau. La partie bombée du noyau doit être constamment immergée. Rajoutez de l’eau si besoin.
  • Changez-la également dès qu’elle se trouble.

 

3. Au bout de quelques semaines…

avocat

Progressivement, jour après jour, vous découvrirez successivement différentes transformations sur le noyau :

  • La peau brune qui l’enveloppe se ride, puis se détache.
  • Le noyau commence à se fendiller sur sa hauteur.
  • Une racine naissante apparait dans l’eau.
  • Un germe aérien se dessine, donnant ainsi naissance à un bourgeon.

Il est à présent temps de passer à l’étape suivante : la mise en terre.

 

 4. La mise en terre du noyau d’avocat

  • Préparez un pot d’au moins 25 cm de diamètre (les racines vont proliférer rapidement).
  • Remplissez-le de terreau (au préalable, vous pouvez placer au fond du pot une couche de billes d’argile pour conserver l’humidité) et creusez un petit trou pour accueillir le noyau.
  • Retirez délicatement les cure-dents du noyau, puis déposez-le, sans endommager les racines, dans l’emplacement prévu à cet effet.
  • Enterrez sa partie inférieure, mais laissez toujours sa pointe à l’air libre.
  • Tassez légèrement tout autour du noyau, puis arrosez.
  • Placez le pot près d’une fenêtre et veillez à ce que la terre reste toujours humide jusqu’à l’apparition des premières pousses.
  • Quand les premières feuilles apparaissent, arrosez deux fois par semaine, puis une seule fois afin qu’elles ne jaunissent pas, mais ne brunissent pas non plus par manque d’eau.

 

5. L’entretien de l’avocatier

avocat

Pour bien se développer, l’avocatier a besoin de quelques gestes simples au fil des saisons :

  • À la fin du printemps, sortez votre plante sur votre balcon, terrasse ou jardin ensoleillé. Le grand air lui sera très bénéfique, à condition que son exposition aux rayons du soleil se fasse progressivement.
  • En automne, pensez à la rentrer en cas de gelées matinales, tout comme en hiver où votre avocatier doit être protégé du vent et du gel.
  • Si vous l’estimez nécessaire, ajoutez un peu d’engrais au terreau et rempotez l’avocatier dans un plus grand pot s’il semble faiblir au bout de deux à trois années.

Faire pousser un avocatier soi-même, en pot, est à la portée de tous. Si sa culture en pleine terre est préférable dans les régions méditerranéennes ou tropicales, pourquoi ne pas profiter de l’automne ou de l’hiver pour cultiver cet arbre à l’intérieur de votre maison ?

Dans de bonnes conditions, vous pourrez déguster des dizaines et des dizaines d’avocats d’ici 4 à 6 ans. Tout vient à point à qui sait attendre !

Si vous aimez l’avocat et avez la main verte, c’est à vous de jouer à présent !

 

D’autres conseils jardinage ? C’est par ici :

Cathy Delcros

Cathy Delcros

Cathy est rédactrice web, biographe et auteure.
Toujours à l’affût de bons plans et de nouveautés, elle adore partager ses coups de cœur tout comme ses coups de gueule !
Femme à tendance suractive, elle booste sa vie autant que celle dont elle croise le chemin !
www.larondedesans.fr
Cathy Delcros

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest