Plus les jours passent et plus votre enfant va à l’école à reculons. Inlassablement, il vous répète la même phrase : « Je n’aime pas ma maîtresse ! »

    Crise passagère ou signe d’un réel malaise ? Alors qu’elle est un personnage central de sa vie avec lequel il passe toutes ses journées, cette situation devient très délicate et ne peut perdurer.

    Comment gérer au mieux une telle situation ?

    Il (elle) n’aime pas sa maîtresse

     

    Essayez de comprendre pourquoi

    Tout en restant objectif(ve), ne minimisez pas la situation. Il est primordial de discuter avec votre enfant pour comprendre les raisons de ces hostilités. Pourquoi ne l’aime-t-il pas ? Elle crie beaucoup ? Lui fait-elle peur ? A-t-il été puni ?

    Votre enfant doit comprendre que sa maîtresse (ou son maître) n’est pas un proche, mais bel et bien un(e) enseignant(e) qui est là pour lui apprendre des choses. Bien sûr, dans les petites classes, comme le CP ou le CE1, l’enfant attend des marques d’affection de sa maîtresse, mais cette dernière, bien que des liens se tissent, installe progressivement une certaine distance avec ses petits élèves. Elle doit leur apprendre à devenir plus autonomes. Expliquez-lui qu’aimer sa maîtresse n’a rien d’obligatoire.

     

    Dédramatisez et parlez avec votre enfant

    maîtresse

    Essayez d’en savoir davantage, peut-être est-ce le comportement de votre enfant qui a changé ? Posez-lui des questions : peut-être est-elle tout simplement moins affectueuse que celle de l’année dernière ? La trouve-t-il injuste ? A-t-elle des chouchous ? N’hésitez pas à lui demander des exemples. Peut-être que si elle crie, c’est tout simplement parce qu’elle est obligée d’élever la voix pour couvrir le bruit ambiant. Que si elle le gronde, c’est peut-être tout simplement parce qu’elle a une bonne raison de le faire et qu’en rien cela ne signifie qu’elle est méchante.

    Tentez de creuser avec lui et ne perdez pas de vue que l’apprentissage de la vie en collectivité est parfois bien difficile ! Écoutez-le attentivement, rassurez-le, mais surtout, ne portez pas de jugement sur sa maîtresse ou son maître devant votre enfant. En abondant dans son sens, vous risqueriez d’aggraver le problème.

    N’hésitez pas à lui parler de votre propre expérience. Dites-lui que vous aussi à votre travail, vous voyez des personnes que vous n’appréciez pas toujours, mais que cela ne vous empêche en rien de bien travailler. Que les adultes sont eux aussi parfois confrontés à ce genre de situation, mais qu’il faut essayer de prendre du recul.

     

    Et si son malaise persiste ?

    Si malgré tout, vous sentez que votre enfant est de plus en plus réticent à aller à l’école, qu’il est démotivé, sollicitez un rendez-vous auprès de l’institutrice ou de l’instituteur. D’autant plus que si votre enfant n’est pas bien dans sa peau, ses résultats scolaires risquent de chuter. Informez-le du rendez-vous afin de le rassurer.

    Inutile de déclarer de but en blanc à la maîtresse que votre enfant ne l’apprécie guère. Expliquez-lui que, depuis quelque temps, il se sent mal à l’aise dans sa classe et y vient à reculons. Demandez-lui ses impressions en étant le plus neutre possible. Parfois, une simple discussion permet de dénouer le problème.

    Il se peut aussi que votre enfant traverse une période difficile (comme la séparation de ses parents, la naissance d’un enfant, la maladie d’un proche, etc.) qui pourrait expliquer quelques travers dans son attitude en classe. Dans ce cas, essayez de trouver des solutions ensemble pour apaiser la situation.

    Enfin, proposez à l’enseignant de refaire un point dans quelque temps. Si malheureusement le problème persistait, peut-être devriez-vous vous entretenir également avec la direction de l’école (qui connait bien ses enseignants), voire un psychologue scolaire, pour trouver des solutions.

     

    À lire également :

    Cathy Delcros

    Cathy Delcros

    Cathy est rédactrice web, biographe et auteure.
    Toujours à l’affût de bons plans et de nouveautés, elle adore partager ses coups de cœur tout comme ses coups de gueule !
    Femme à tendance suractive, elle booste sa vie autant que celle dont elle croise le chemin !
    www.larondedesans.fr
    Cathy Delcros

    Les derniers articles par Cathy Delcros (tout voir)

    Commenter cet article sur Facebook !

    commentaires

    Pin It on Pinterest

    Shares
    Share This