Billets d'humeur

La rédac’ : articles au hasard

Beaujolais Nouveau 2016 : la cuvée de la Liberté !

Depuis 1951, chaque troisième jeudi du mois de novembre, le Beaujolais débarque sur nos tables. Invité très attendu et convoité, ce vin de primeur produit dans le vignoble du Beaujolais est l’un des symboles de la culture française et de son Art de vivre.

J’aime l’amour, pas les cadenas.

Suite à la chute d’un pan du pont des Arts à Paris, la décision a été (enfin) prise d’interdire aux touristes d’y accrocher des « cadenas de l’amour ».
Si on ne peut que se féliciter d’une telle décision, cela amène toutefois à se demander par quelle folie le pan d’un pont, classé monument historique depuis 40 ans, a-t-il pu être ainsi sciemment dégradé, au point de choir ?

L’ambivalence du vaccin hexavalent.

Et oui, le billet d’aujourd’hui s’adresse aux personnes majeures, tatouées et vaccinées. Avant d’aller plus loin dans mon coup de g****, je tiens à préciser qu’en plus d’être favorable aux vaccinations obligatoires, je ne manque pas de me tenir à jour. Après tout, je vis avec des animaux et des plantes, notamment des rosiers, je n’imagine pas une seconde ne pas être protégée contre le tétanos.
Mais être pour les vaccinations traditionnelles ne signifie pas que j’accepte qu’on m’injecte n’importe quoi, surtout pas un produit récent et sur lequel on n’a absolument aucun recul médical. C’est dans les vieux pots qu’on fait les bonnes soupes, après tout. En France, la principale vaccination obligatoire porte sur le DTP. Soit trois pathologies, comme le confirme le site Internet de la Sécurité sociale.

Appel à témoignages.

Parce que QuotiBien c'est pour vous et rien que pour vous, nous vous...

En décembre, bouclons la boucle

Alors que nous avons l’impression que nous vous souhaitions une belle année 2017 il y a quelques semaines à peine, l’arrivée de décembre nous rappelle que l’année est sur le point de tirer sa révérence, la boucle est bientôt bouclée.

Garder la lumière allumée ne rend pas brillant.

Au XIXème siècle, pour éradiquer la violence dans les rues une fois la nuit tombée, l’homme a inventé l’éclairage public.
La lumière fut, et les rues devinrent moins effrayantes la nuit. Nul ici ne saurait critiquer cette sage décision.
Mais, industrialisation et généralisation de la fée électricité aidant, désormais, arriver à voir les étoiles dans le ciel urbain est une gageure.

Elles sont femmes, elles s’aiment, elles vont se marier.

Ma femme et moi n’avons jamais réellement eu cet idéal de mariage comme les petites filles qui rêvent de leur robe de princesse et d’un prince version Disney. C’est pourquoi, quand nous en avons parlé c’était une évidence, ce serait un mariage à notre image et à l’image de notre amour.

Nous nous sommes pacsées il y a un an. Et finalement, à force d’entendre les gens nous dire : « Maintenant que le mariage gay est autorisé, vous auriez pu vous marier quand même ! » Eh bien nous en avons parlé sérieusement et nous nous sommes lancées dans une demande à égalité.

Liberté, fraternité, égalité… Et l’accessibilité des personnes handicapées ?

Si notre société bouge parfois très vite, il est des domaines où le statu quo semble être de mise.
Nous avons beau être au XXIe siècle, être régis par de grands principes (liberté de circulation, égalité de traitement…) et accomplir de grands exploits (envoyer des hommes dans l’espace étant de plus en plus facile), une partie de notre population est toujours maltraitée.
De qui je parle ? Entre autres, des personnes à mobilité réduite, pudiquement nommées PMR.

Reprendre ses études à 36 ans.

Alors que j’étais titulaire d’un DESS en droit notarial, et après plusieurs années d’activité, je me suis retrouvée au chômage. C’est là que l’idée s’est insinuée, saugrenue pour certains, de reprendre mes études pour me reconvertir dans des conditions optimales.
Ayant travaillé dans des associations sportives, il m’est naturellement venu à l’esprit d’enrichir mon cursus d’un Master 2 professionnel en droit du sport.
Inconscience ? Défi? Peine perdue ? Opportunité ?
C’est à ces questions (et à bien d’autres !) qu’il a fallu que je réponde pour prendre une décision, LA décision (rationnelle ?).

Écrire 2016, Ensemble.

3-2-1-0… Bonne année ! Si, au fil des années ces quelques mots peuvent sembler banals, voire surfaits, 2015 nous a prouvé que ceux qui sont encore là pour les prononcer ont de la chance, celle justement d’être toujours là.

Inutile d’en refaire le douloureux inventaire, l’actualité de 2015 a été ponctuée de durs moments. Et bien que nous sachions que la vie est ainsi faite, folle alternance de difficultés et de doux instants, cela ne nous a pas forcément aidés à encaisser toutes ces mauvaises nouvelles.




Garder la lumière allumée ne rend pas brillant.

Au XIXème siècle, pour éradiquer la violence dans les rues une fois la nuit tombée, l’homme a inventé l’éclairage public.
La lumière fut, et les rues devinrent moins effrayantes la nuit. Nul ici ne saurait critiquer cette sage décision.
Mais, industrialisation et généralisation de la fée électricité aidant, désormais, arriver à voir les étoiles dans le ciel urbain est une gageure.

lire plus

J’aime l’amour, pas les cadenas.

Suite à la chute d’un pan du pont des Arts à Paris, la décision a été (enfin) prise d’interdire aux touristes d’y accrocher des « cadenas de l’amour ».
Si on ne peut que se féliciter d’une telle décision, cela amène toutefois à se demander par quelle folie le pan d’un pont, classé monument historique depuis 40 ans, a-t-il pu être ainsi sciemment dégradé, au point de choir ?

lire plus

Liberté, fraternité, égalité… Et l’accessibilité des personnes handicapées ?

Si notre société bouge parfois très vite, il est des domaines où le statu quo semble être de mise.
Nous avons beau être au XXIe siècle, être régis par de grands principes (liberté de circulation, égalité de traitement…) et accomplir de grands exploits (envoyer des hommes dans l’espace étant de plus en plus facile), une partie de notre population est toujours maltraitée.
De qui je parle ? Entre autres, des personnes à mobilité réduite, pudiquement nommées PMR.

lire plus

Halte au gaspillage, nos poubelles débordent !

Ce n’est un secret pour personne, un des effets les plus pervers de notre société de surconsommation est le gaspillage, notamment le gaspillage alimentaire.
Nul n’ignore les chiffres : environ 10 tonnes de nourriture partent à la poubelle chaque année, le plus souvent encore emballée ! Sans avoir été consommée.
Si le Parlement vient de faire un pas en avant dans la lutte contre le gaspillage, le chemin restant à gravir est encore long, notre système de production montrant là ses limites.

lire plus

L’ambivalence du vaccin hexavalent.

Et oui, le billet d’aujourd’hui s’adresse aux personnes majeures, tatouées et vaccinées. Avant d’aller plus loin dans mon coup de g****, je tiens à préciser qu’en plus d’être favorable aux vaccinations obligatoires, je ne manque pas de me tenir à jour. Après tout, je vis avec des animaux et des plantes, notamment des rosiers, je n’imagine pas une seconde ne pas être protégée contre le tétanos.
Mais être pour les vaccinations traditionnelles ne signifie pas que j’accepte qu’on m’injecte n’importe quoi, surtout pas un produit récent et sur lequel on n’a absolument aucun recul médical. C’est dans les vieux pots qu’on fait les bonnes soupes, après tout. En France, la principale vaccination obligatoire porte sur le DTP. Soit trois pathologies, comme le confirme le site Internet de la Sécurité sociale.

lire plus

Trop d’info tue l’info.

Certes, je ne suis pas la première à adapter la célèbre phrase de Laffer à l’information, le jeu de mot étant facile. Pardon.
Mais c’est la première fois qu’on me donne l’espace nécessaire pour m’exprimer, alors j’en profite pour me lâcher et vous dire ce que je pense de la surabondance de non-information dont nous abreuvent certains médias, notamment certains sites Internet et chaînes d’information, les médias traditionnels suivant malheureusement cet exemple.

lire plus

10 vaches, ça va,1000 vaches : bonjour les dégâts !

Au fil des scandales alimentaires (vache folle, moutons atteints de brucellose, fièvre aphteuse, etc.), on peut constater que les Français ont (enfin) diminué leur consommation de viande et qu’ils ont pris goût aux achats en circuit court, c’est-à-dire en lien direct avec le producteur.
Alors que les consommateurs sont de plus en plus nombreux à se tourner vers les petites productions locales pour se procurer leur nourriture, les projets de « fermes usines » se multiplient en France.

lire plus

Mamie gâteau et Mamie 2.0

Ce mois-ci, ceux qui ont la chance d’avoir encore les leurs ont fêté les grands-mères. Si la plupart d’entre nous n’ont pas besoin d’un jour de fête précis pour penser à leurs Mamies, cela reste l’occasion de les mettre à l’honneur, et aussi de balayer quelques idées reçues à leur sujet.

Car si la Mamie gâteau de notre enfance fait de la résistance, et on l’en félicite, il nous faut désormais compter aussi avec les Mamies 2.0 !

lire plus

Newsletter

Nos infos hebdomadaires !

L’Édito de février 2018

Édito Quotibien de février 2018