Éditos

La rédac’ : articles au hasard

QuotiBien, c’est pour vous et rien que pour vous !

QuotiBien, c’est pour vous et rien que pour vous !

En décembre, bouclons la boucle

Alors que nous avons l’impression que nous vous souhaitions une belle année 2017 il y a quelques semaines à peine, l’arrivée de décembre nous rappelle que l’année est sur le point de tirer sa révérence, la boucle est bientôt bouclée.

Rendre avril accessible à tous

Privés de sorties en mars du fait des giboulées, c’est avec liesse que nous accueillons avril et le printemps. Il faut dire que ce dernier s’est fait prier, la neige étant encore tombée le mois dernier.
Ce qui nous amène à penser que, les cours d’eau ayant gelé, il n’y aura pas de poisson pour le 1er avril !

Mon enfant est TED autistique, et alors ?

Je m’appelle Marlène, j’ai 44 ans et je suis maman de deux garçons : Gabriel 6ans ½, et Guillaume, 5 ans bientôt.
Gabriel est un enfant TED (Troubles Envahissants du développement) autistique. Je passe des heures à essayer de comprendre des demandes auxquelles je ne parviens pas à répondre.
Je passe des heures à gérer des crises sur les difficultés du moment, telles que l’amener aux toilettes, l’habiller, le laver le faire manger et j’en passe….

Rentrer ou ne pas rentrer, question de saison.

Alors qu’il fait désormais nuit à 21h et que le fond de l’air a sensiblement fraîchi, force est de constater que, sûrement mais doucement, les vacances sont en train de se retirer sur la pointe des pieds. La rentrée prend ses quartiers. Car pour la plupart d’entre nous, septembre = rentrée. Équation sans inconnue.

En octobre, reprenons notre souffle.

Bien qu’à la rédaction de Quotibien.fr nous n’aimions que moyennement l’automne, cette année nous sommes presque heureux de voir octobre pointer son nez.
Il faut dire que septembre nous a littéralement soufflés.

Le joli mois de mai au pays d’Ubu.

Alors que le frisquet avril nous a semblé traîner en longueur, le joli mois de mai pointe enfin son nez.
Comme chaque année, dès le 1er, nous célébrons les travailleurs et le travail. Toutefois, cette année, cela peut nous sembler paradoxal, puisque c’est au cours de ce même mois de mai que nous aurons à départager les deux lauréats du premier tour de la présidentielle, dont les programmes semblent être taillés sur mesure pour le patronat, et non pour la plèbe dont nous faisons partie.

3, 2, 1… Poisson d’avril !

Et oui, que cela nous amuse encore ou non, il est difficile...

Avez-vous signé la pétition pour la libération d’Abel Chemoul ?

Il y a 25 ans déjà, des Inconnus nous alarmaient du triste sort réservé à Abel Chemoul, dissident chilien, condamné à croupir dans les geôles fascistes du régime.
Son crime ? Il avait osé dire : « Demain je me lèverai, et il fera beau ».

Mars, entre lâcher prise et sauter à l’eau.

Mars est là et son arrivée nous met en joie. Si l’hiver a été bref, les dernières semaines nous ont laissé un souvenir glacial.
Les bourgeons des arbres fruitiers pointent, comme autant de promesses gourmandes et vitaminées.




Rendre avril accessible à tous

Privés de sorties en mars du fait des giboulées, c’est avec liesse que nous accueillons avril et le printemps. Il faut dire que ce dernier s’est fait prier, la neige étant encore tombée le mois dernier.
Ce qui nous amène à penser que, les cours d’eau ayant gelé, il n’y aura pas de poisson pour le 1er avril !

lire plus

En décembre, bouclons la boucle

Alors que nous avons l’impression que nous vous souhaitions une belle année 2017 il y a quelques semaines à peine, l’arrivée de décembre nous rappelle que l’année est sur le point de tirer sa révérence, la boucle est bientôt bouclée.

lire plus

Août : l’abandon remis en question.

Le soleil est à son zénith, les crissements des cigales nous font vibrer, les festivals estivaux battent leur plein, tout comme les réunions de famille. Août est là, c’est le moment où nous avons envie de nous abandonner.

Et, en y regardant de plus près, il semblerait que nous soyons champions en matière d’abandon.

lire plus

Le joli mois de mai au pays d’Ubu.

Alors que le frisquet avril nous a semblé traîner en longueur, le joli mois de mai pointe enfin son nez.
Comme chaque année, dès le 1er, nous célébrons les travailleurs et le travail. Toutefois, cette année, cela peut nous sembler paradoxal, puisque c’est au cours de ce même mois de mai que nous aurons à départager les deux lauréats du premier tour de la présidentielle, dont les programmes semblent être taillés sur mesure pour le patronat, et non pour la plèbe dont nous faisons partie.

lire plus

Newsletter

Nos infos hebdomadaires !

Publicité

L’Édito de février 2018

Édito Quotibien de février 2018

Publicité

Pin It on Pinterest