Éditos

La rédac’ : articles au hasard

L’ambivalence du vaccin hexavalent.

Et oui, le billet d’aujourd’hui s’adresse aux personnes majeures, tatouées et vaccinées. Avant d’aller plus loin dans mon coup de g****, je tiens à préciser qu’en plus d’être favorable aux vaccinations obligatoires, je ne manque pas de me tenir à jour. Après tout, je vis avec des animaux et des plantes, notamment des rosiers, je n’imagine pas une seconde ne pas être protégée contre le tétanos.
Mais être pour les vaccinations traditionnelles ne signifie pas que j’accepte qu’on m’injecte n’importe quoi, surtout pas un produit récent et sur lequel on n’a absolument aucun recul médical. C’est dans les vieux pots qu’on fait les bonnes soupes, après tout. En France, la principale vaccination obligatoire porte sur le DTP. Soit trois pathologies, comme le confirme le site Internet de la Sécurité sociale.

Lucie : « Ma pilule m’a provoqué un AVC. »

Tout commence un samedi de mai, au réveil.

Après plusieurs semaines de migraines, jour et nuit, ce matin-là j’ouvre les yeux pour m’apercevoir que j’ai perdu le champ visuel périphérique de mon œil gauche. Je n’y vois qu’au centre, le reste étant totalement flou et sans couleur.

En décembre, bouclons la boucle

Alors que nous avons l’impression que nous vous souhaitions une belle année 2017 il y a quelques semaines à peine, l’arrivée de décembre nous rappelle que l’année est sur le point de tirer sa révérence, la boucle est bientôt bouclée.

Août, star des vacances sans aucun doute !

« Ton rosé, avec ou sans glaçons ? »
« Oh, tu tires ou tu pointes ? »
« Ce que je n’aime pas dans la glace, c’est que c’est froid »…
Aucun doute d’août, les grandes vacances sont le temps des réflexions approfondies, de l’introspection, voire des épiphanies spirituelles. On prend le temps de se poser, seul, en famille ou entre amis, de se ressourcer, de recharger ses batteries.

Noël, fête de l’amour : notre pied-de-nez à la haine.

Décembre nous nous a trouvés glacés. Engourdis. Et bien que nous soyons très frileux à la rédaction de QuotiBien, nous aurions préféré avoir été saisis par le froid, et non par l’effroi.
Depuis le 13 novembre, nous sommes nombreux à être gelés de l’intérieur. Une poignée de dégénérés a décidé que le son était trop fort ce vendredi-là à Paris. Et comme ces gens-là ne connaissent pas le dialogue, ils ont tiré dans la foule au hasard, à l’aveugle. Dans la rue, au restau, au concert. Ils ont pris des vies. Ils nous ont mis groggy.

Liberté, j’écris ton nom !

Le dicton veut qu’en mai, on est libre de faire ce qu’il nous plaît. Autant vous dire qu’on ne va pas s’en priver ! Car en mai souffle un vent de liberté. Les jours rallongent, les jupes des filles raccourcissent, et tout le monde a envie de croquer la vie à pleines dents !

Cultiver du safran, un choix qui s’apprend.

J’exerce la profession de safranière, en plein cœur de Marseille, depuis environ 5 ans. J’ai été en partie poussée par les circonstances, car c’est une activité difficile, qui demande beaucoup d’efforts plus ou moins bien récompensés.

Appel à témoignages.

Parce que QuotiBien c'est pour vous et rien que pour vous, nous vous...

Tous fous de mars.

Alors que nous nous habituons à peine à l’hiver et à son cortège de joyeusetés, voilà que déboule mars, aussi nommé mois des fous. Si, dans l’Antiquité, mars marquait le recommencement de la guerre après la trêve hivernale, pour l’équipe de QuotiBien.fr le mois de mars a une tout autre symbolique, bien plus émouvante celle-là.

Le joli mois de mai au pays d’Ubu.

Alors que le frisquet avril nous a semblé traîner en longueur, le joli mois de mai pointe enfin son nez.
Comme chaque année, dès le 1er, nous célébrons les travailleurs et le travail. Toutefois, cette année, cela peut nous sembler paradoxal, puisque c’est au cours de ce même mois de mai que nous aurons à départager les deux lauréats du premier tour de la présidentielle, dont les programmes semblent être taillés sur mesure pour le patronat, et non pour la plèbe dont nous faisons partie.




Rendre avril accessible à tous

Rendre avril accessible à tous

Privés de sorties en mars du fait des giboulées, c’est avec liesse que nous accueillons avril et le printemps. Il faut dire que ce dernier s’est fait prier, la neige étant encore tombée le mois dernier.
Ce qui nous amène à penser que, les cours d’eau ayant gelé, il n’y aura pas de poisson pour le 1er avril !

lire plus
En décembre, bouclons la boucle

En décembre, bouclons la boucle

Alors que nous avons l’impression que nous vous souhaitions une belle année 2017 il y a quelques semaines à peine, l’arrivée de décembre nous rappelle que l’année est sur le point de tirer sa révérence, la boucle est bientôt bouclée.

lire plus
Août : l’abandon remis en question.

Août : l’abandon remis en question.

Le soleil est à son zénith, les crissements des cigales nous font vibrer, les festivals estivaux battent leur plein, tout comme les réunions de famille. Août est là, c’est le moment où nous avons envie de nous abandonner.

Et, en y regardant de plus près, il semblerait que nous soyons champions en matière d’abandon.

lire plus
Le joli mois de mai au pays d’Ubu.

Le joli mois de mai au pays d’Ubu.

Alors que le frisquet avril nous a semblé traîner en longueur, le joli mois de mai pointe enfin son nez.
Comme chaque année, dès le 1er, nous célébrons les travailleurs et le travail. Toutefois, cette année, cela peut nous sembler paradoxal, puisque c’est au cours de ce même mois de mai que nous aurons à départager les deux lauréats du premier tour de la présidentielle, dont les programmes semblent être taillés sur mesure pour le patronat, et non pour la plèbe dont nous faisons partie.

lire plus

Newsletter

Nos infos hebdomadaires !

Publicité

Publicité

Pin It on Pinterest