Éditos

La rédac’ : articles au hasard

Mamie gâteau et Mamie 2.0

Ce mois-ci, ceux qui ont la chance d’avoir encore les leurs ont fêté les grands-mères. Si la plupart d’entre nous n’ont pas besoin d’un jour de fête précis pour penser à leurs Mamies, cela reste l’occasion de les mettre à l’honneur, et aussi de balayer quelques idées reçues à leur sujet.

Car si la Mamie gâteau de notre enfance fait de la résistance, et on l’en félicite, il nous faut désormais compter aussi avec les Mamies 2.0 !

Maisons de retraite et refus des animaux de compagnie : Honte aux hommes.

Si notre société se targue de veiller au bien-être de tous, et notamment de ses aînés, tout n’est pourtant pas parfait. Aussi évolué soit-il, l’homme, à de très rares (et louables) exceptions près, n’a toujours pas trouvé le moyen d’accueillir les amis à 4 pattes avec les pensionnaires des maisons de retraite.

2017 arrive : aux citoyens de jouer.

Janvier débarque alors qu’une partie d’entre nous est comme paumée, encore heureuse des festivités de fin d’année et des instants chaleureux passés en famille, mais également glacée par une actualité toujours dramatique.

3, 2, 1… Poisson d’avril !

Et oui, que cela nous amuse encore ou non, il est difficile...

Marie Texier est illustratrice et aquarelliste

Marie Texier est illustratrice et aquarelliste. La Rédac’ a eu un réel Coup de Cœur pour cette artiste. Il nous était impossible de laisser un tel talent dans l’ombre. Nous avons voulu en savoir davantage sur elle… Zoom sur le Quotidien de Marie !

Chanter, bronzer, buller : juillet est arrivé !

Css css css… Qu’entends-je ? Juillet s’est installé et, avec lui, les cigales au chant rythmé ? Que l’heure des congés ait déjà sonné ou non, tout nous pousse à prendre la vie différemment en été.
C’est sûr, on ne va pas s’ennuyer !

Delphine Lecastel vous présente son nouveau roman « Endogirl »

Delphine Lecastel vous présente son nouveau roman « Endogirl ». Un livre qui décrit une maladie faisant souffrir les femmes : l’endométriose.

Lucie : « Ma pilule m’a provoqué un AVC. »

Tout commence un samedi de mai, au réveil.

Après plusieurs semaines de migraines, jour et nuit, ce matin-là j’ouvre les yeux pour m’apercevoir que j’ai perdu le champ visuel périphérique de mon œil gauche. Je n’y vois qu’au centre, le reste étant totalement flou et sans couleur.

Noël, fête de l’amour : notre pied-de-nez à la haine.

Décembre nous nous a trouvés glacés. Engourdis. Et bien que nous soyons très frileux à la rédaction de QuotiBien, nous aurions préféré avoir été saisis par le froid, et non par l’effroi.
Depuis le 13 novembre, nous sommes nombreux à être gelés de l’intérieur. Une poignée de dégénérés a décidé que le son était trop fort ce vendredi-là à Paris. Et comme ces gens-là ne connaissent pas le dialogue, ils ont tiré dans la foule au hasard, à l’aveugle. Dans la rue, au restau, au concert. Ils ont pris des vies. Ils nous ont mis groggy.

Reprendre du poil de la bête en septembre.

Alors qu’août n’en finit pas de se désagréger, voici qu’arrivent septembre et le moment de reprendre le cours normal de nos existences.




Rendre avril accessible à tous

Privés de sorties en mars du fait des giboulées, c’est avec liesse que nous accueillons avril et le printemps. Il faut dire que ce dernier s’est fait prier, la neige étant encore tombée le mois dernier.
Ce qui nous amène à penser que, les cours d’eau ayant gelé, il n’y aura pas de poisson pour le 1er avril !

lire plus

En décembre, bouclons la boucle

Alors que nous avons l’impression que nous vous souhaitions une belle année 2017 il y a quelques semaines à peine, l’arrivée de décembre nous rappelle que l’année est sur le point de tirer sa révérence, la boucle est bientôt bouclée.

lire plus

Août : l’abandon remis en question.

Le soleil est à son zénith, les crissements des cigales nous font vibrer, les festivals estivaux battent leur plein, tout comme les réunions de famille. Août est là, c’est le moment où nous avons envie de nous abandonner.

Et, en y regardant de plus près, il semblerait que nous soyons champions en matière d’abandon.

lire plus

Le joli mois de mai au pays d’Ubu.

Alors que le frisquet avril nous a semblé traîner en longueur, le joli mois de mai pointe enfin son nez.
Comme chaque année, dès le 1er, nous célébrons les travailleurs et le travail. Toutefois, cette année, cela peut nous sembler paradoxal, puisque c’est au cours de ce même mois de mai que nous aurons à départager les deux lauréats du premier tour de la présidentielle, dont les programmes semblent être taillés sur mesure pour le patronat, et non pour la plèbe dont nous faisons partie.

lire plus

Newsletter

Nos infos hebdomadaires !

Publicité

Publicité

Pin It on Pinterest