Lorsque l’on est sujet à l’insomnie, on peut le vivre très mal. Angoisse, stress, fatigue sont nos compagnons du quotidien. Chaque soir, la même peur se répète : « Vais-je réussir à m’endormir et à passer une bonne nuit ? »

Contre les insomnies, s’il n’existe pas grand-chose de radical, il y a tout de même des gestes à faire, ou à éviter, afin de mieux les vivre, les diminuer et les prévenir.

Voyons tout cela ensemble.

Lutter contre ses insomnies

Ne pas se ruer sur un somnifère, mais ne pas tourner non plus plusieurs heures dans son lit, voici les deux choses importantes à avoir en tête.

 

Se relever

En principe, on s’endort dans le quart d’heure qui suit le coucher, voire dans la demi-heure. Si, au bout de 20 à 30 minutes, le sommeil n’est pas au rendez-vous, relevez-vous. Faites quelque chose dans une autre pièce, sans vous mettre en position entièrement allongée. Il s’agit de ne pas vous endormir ailleurs que dans votre lit.

Lorsque vos yeux picotent et que les bâillements apparaissent, retournez vous coucher. Évitez de regarder la télévision dans votre chambre, déjà allongé, ne travaillez pas, n’écrivez pas non plus au lit.

insomnie

N’utilisez pas d’écrans (télévision, ordinateur, tablette) pour trouver le sommeil. Ils ne le favorisent pas. Prenez plutôt un livre, installez-vous sur votre canapé avec un plaid, lumière tamisée et sans bruit. Lisez un roman ou un magazine, évitez les histoires violentes ou tristes.

Détendez-vous, essayez de ne pas penser à votre sommeil, à votre lever qui sera peut-être difficile si vous vous endormez tard. C’est facile à dire, je sais, mais essayez de respirer calmement, en vous concentrant sur l’inspiration puis l’expiration.

Pensez à de jolis souvenirs, massez-vous les pieds, buvez une tisane de camomille, de tilleul, de verveine ou de passiflore.

 

Ne pas prendre de somnifère

Les effets positifs des somnifères sont temporaires. Mais les effets secondaires peuvent durer. En effet, un insomniaque se persuadera qu’il ne peut plus s’en passer, alors que le somnifère ne lui procure pas un sommeil réparateur. La qualité du sommeil est altérée par ces médicaments. Une dépendance est possible, qui peut entraîner des complications.

En tout état de cause, demandez l’avis de votre médecin traitant qui vous connait bien et sait quel médicament il peut vous prescrire si cela est vraiment nécessaire. Il existe des relaxants aux plantes qui peuvent faire un peu d’effet, sans effet d’accoutumance.

 

Prévenir l’insomnie

L’hygiène de vie entre en ligne de compte afin d’avoir un bon sommeil. Exposez-vous régulièrement à la lumière, évitez le café et le thé après 15 h, pratiquez le sport plutôt le matin ou en milieu de journée plutôt que le soir.

Évitez de prendre un bain chaud avant de vous coucher, préférez une douche tiède ou un bain à 37°C additionné d’huile essentielle de lavande. Vous pouvez en mettre également quelques gouttes sur votre oreiller.

Mangez léger le soir, réservez vos plats plus copieux pour le midi. Ne consommez pas trop de graisses et digérez au moins 1 h avant d’aller au lit. Favorisez les activités calmes après le repas du soir et ne vous couchez que lorsque vous avez sommeil. En principe, vous avez un cycle du sommeil que vous pouvez détecter vous-même. Essayez donc de vous coucher à cette heure fixe chaque soir.

Si ces petites habitudes ne suffisent pas, pourquoi ne pas tenter des techniques de relaxation ? La sophrologie, l’hypnose, vous avez le choix entre plusieurs méthodes. Demandez à votre médecin traitant ce qu’il en pense.

 

Parmi nos astuces santé à découvrir :

Comment stopper un rhume rapidement.

Mieux digérer grâce au bicarbonate.

Céline Perrin

Céline a plus d’une corde à son arc : écrivain public, elle est aussi rédactrice web, correctrice, biographe et auteure pour la jeunesse.
Toujours à l’écoute des autres et très communicative, elle bouillonne d’idées en permanence !
www.abclignes.com
Céline Perrin

Les derniers articles par Céline Perrin (tout voir)

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest