La ménopause devient un sujet un peu moins tabou. Même s’il y a encore des progrès à faire en la matière. Elle fait partie de la vie de toute femme, qui passe forcément par cette transition naturelle.

C’est entre 40 et 50 ans qu’interviennent les prémices de ce phénomène, avec plus ou moins de conséquences sur les femmes ou sur leur couple.

Comment remédier aux conséquences et vivre avec la ménopause ?

 

La ménopause : un phénomène inévitable

 

Un peu plus tôt, un peu plus tard, chaque femme entre 40 et 50 ans voit ses ovaires petit à petit fermer le « site de production » de ses hormones. Le taux des hormones féminines baisse, c’est ainsi. Il faut purement et simplement accepter la situation.

Ce serait plus simple, bien sûr, s’il n’y avait pas tous ces « effets secondaires » qui nous gâchent la vie. Comme je le dis souvent « cépafo », mais ce n’est pas irrémédiable.

 

La ménopause, c’est quoi ?

Ce n’est ni plus ni moins le moment où le corps cesse de fabriquer les hormones de la reproduction, aux alentours de 50 ans. Même si elle arrive progressivement, lorsqu’elle « débarque », elle est parfois vécue comme une « vilaine surprise » par de nombreuses femmes.

La pré-ménopause dure 4 à 5 ans et ne prépare qu’à peine au bouleversement. Lors de cette période, les règles peuvent devenir irrégulières, quelques troubles physiologiques peuvent également apparaître, mais rien de bien méchant pour le moment.

Au moment de la ménopause, 2/3 d’entre nous connaissent de réels effets secondaires : bouffées de chaleur, prise de poids, changements d’humeur, carence de la libido, perte de cheveux, sécheresse vaginale, fatigue…

Autant dire beaucoup de conséquences possibles, aussi bien pour Madame, que pour le couple ou la vie de famille tout entière.

 

Fatalisme et humour sont de rigueur

Tout d’abord : ne pas s’affoler. Nous le savons depuis que nous avons nos règles, Mesdames et, combien de fois avons-nous dit avec humour pendant ces périodes pénibles « vivement la ménopause » ? Eh bien voilà, elle est là… alors, sourions !

Nous l’avons voulue, nous l’avons. Après tout, nous avons su gérer notre puberté, l’arrivée de nos règles, nos grossesses, les crises d’ado de nos loulous, alors dites-moi un peu : quid de cette nouvelle épreuve pour nous ? Pas grand-chose, au fond.

Ça devait arriver, c’est là. Autant « faire avec ». D’autant plus que des solutions existent pour atténuer les effets secondaires et ainsi vivre pleinement nos 30, 40, 50 dernières années de vie.

Pensons positif : plus de règles, plus de risques de tomber enceinte, plus de pilule, de serviettes hygiéniques, de calculs les plus fous pour savoir si nous pourrons nous baigner tel jour ou porter un pantalon blanc au mariage de l’arrière-arrière cousine… une nouvelle vie commence !

 

Se faire aider lors de cette période délicate

ménopause

Oui, au début il faut de l’aide. Parler avec un gynécologue, avec des amies qui ont déjà vécu le phénomène, peut aider d’une part à l’accepter, d’autre part à pallier aux effets secondaires qui peuvent vite nous gâcher la vie.

Psychologiquement, tout d’abord, il faut rester « zen ». On ne peut pas ignorer les changements hormonaux, mais on ne doit pas en faire une « fixation ».

Des traitements naturels existent contre les effets secondaires, comme l’acupuncture ou la phytothérapie. Le yoga, la réflexion et le repos peuvent vous aider également à accepter votre corps et à vous relaxer. Vous évitez ainsi bouffées de chaleur et énervements inutiles.

Des traitements médicaux sont envisageables si les troubles persistent, mais peuvent, tout en atténuant certains effets, en accentuer d’autres. Peu de gynécologues y sont favorables. En effet, atténuer les bouffées de chaleur tout en accentuant la sécheresse vaginale, au bout du compte, à quoi bon ?

Les plantes médicinales sont une bonne alternative au THS (thérapie de substitution hormonale). Bien sûr, lorsque l’on lit les études, chacune de ces méthodes a toujours plus ou moins bien fonctionné, mais au bout du compte, elles ne sont pas vraiment naturelles et notre corps finit par s’y habituer ou par développer d’autres problèmes.

Bien sûr, votre médecin peut penser que cette étape vous est nécessaire. Dans ce cas, écoutez-le, nous ne voulons absolument pas nous substituer à lui. Mais, dans la plupart des cas, faire un peu d’exercice physique, essayer de prendre des vacances, accepter la réalité de la vie qui passe et manger équilibré sont réellement les attitudes qui peuvent le mieux vous aider.

Voyez les choses du bon côté : vos enfants sont grands, sont partis ou vont partir de la maison. Vous pouvez profiter un peu de la vie avant de devenir grand-mère. Vous n’avez plus de soucis de contraception et vous pouvez enfin prendre davantage soin de vous. Vous redémarrez une nouvelle vie ! Intégrez votre conjoint à ce processus et soyez heureux comme de jeunes mariés qui se (re)découvrent.

Au fait, quel anniversaire de mariage fêtez-vous cette année ?

Mesdames, faites attention aux 10 « tue-l’amour » qui font fuir les hommes.

Céline Perrin

Céline Perrin

Céline a plus d’une corde à son arc : écrivain public, elle est aussi rédactrice web, correctrice, biographe et auteure pour la jeunesse.
Toujours à l’écoute des autres et très communicative, elle bouillonne d’idées en permanence !
www.abclignes.com
Céline Perrin

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest