Quel est l’ado qui n’a jamais émis le souhait de conduire un scooter ? Autonomie dans ses déplacements, synonyme de liberté vis-à-vis de ses parents et de ses activités, il ne manque pas d’arguments pour essayer de vous convaincre.

De votre côté vous pensez « accident », « coût à l’achat » et « prix de l’assurance ».

Quel est le bon choix ? Quelques pistes pour vous aider à prendre une décision.

 

Ne pas sous-évaluer les risques

scooter

La prévention routière l’affirme : le deux-roues motorisé offre une réelle autonomie de déplacement, dès 14 ans, mais  il n’est pas sans risque : c’est entre 16 et 17 ans que les accidents sont les plus nombreux ; 1 accident sur 2 a lieu en agglomération et plus de 3 ont lieu la nuit.

C’est dire que l’achat d’un scooter doit être le résultat d’une véritable négociation entre vous et votre enfant, et que ce dernier doit être conscient de la prise de risque, même si elle est tout à fait normale pour un ado, car elle lui permet de se construire .

Ce sera au final à vous d’estimer les capacités de votre enfant à adopter une conduite responsable, et d’exiger ensuite le respect d’un contrat moral que vous passerez ensemble.

 

Ce qu’il doit s’engager à faire pour avoir un scooter

ado

Si vous acceptez qu’il conduise un scooter, votre ado doit s’engager sur des points importants et essentiels :

  • Ne pas débrider son moteur.
  • Respecter le Code de la route.
  • Rouler avec son casque attaché.
  • Ne pas transporter de passager.
  • Ne pas faire de figures acrobatiques (style roue arrière !).
  • Ne pas consommer d’alcool ou de cannabis avant de conduire.

N’hésitez pas à interdire la conduite du scooter si vous constatez que l’un des éléments du contrat n’est pas respecté.

 

Et si vous refusez…

Voici quelques arguments à mettre en avant si vous refusez que votre ado acquière un deux-roues :

  • Le risque d’accident est 5 fois plus important en deux-roues qu’en voiture et il atteint son maximum à 16-17 ans. Vous trouvez cela trop dangereux.
  • Vous n’avez pas les moyens financiers : le Brevet de Sécurité Routière, le BSR, (ou catégorie AM du permis de conduire) est obligatoire pour conduire un deux-roues motorisé qui n’excède pas 50 cm3. Son coût est compris entre 150 € et 400 €, en fonction des services proposés et de l’endroit où il est passé. Certaines auto-écoles proposent des heures supplémentaires de formation à la conduite aux élèves qui ne sont pas familiarisés avec un scooter. De plus, il faut également chiffrer le coût de l’assurance.
  • Vous trouvez qu’il n’est pas assez mature et vous préférez retarder l’échéance, en attendant qu’il se montre plus responsable.
  • Il existe sur place un réseau de transports efficace et financièrement accessible qui le rend suffisamment autonome.

Et dites-vous que 70 % des parents refusent que leur enfant conduise un scooter, car ils sont conscients que le risque est bien réel !

 

À lire également :

Cathy Delcros

Cathy Delcros

Cathy est rédactrice web, biographe et auteure.
Toujours à l’affût de bons plans et de nouveautés, elle adore partager ses coups de cœur tout comme ses coups de gueule !
Femme à tendance suractive, elle booste sa vie autant que celle dont elle croise le chemin !
www.larondedesans.fr
Cathy Delcros

Les derniers articles par Cathy Delcros (tout voir)

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest