L’excédent de graisse n’est jamais anodin sur le plan de la santé. Savez-vous que l’on peut être de poids normal et n’avoir d’accumulation de graisse viscérale qu’au niveau du ventre, que l’on appelle « obésité centrale » ?

Cette obésité centrale, nommée aussi « obésité ventrale », peut entraîner des complications sur le plan médical. En effet, les personnes qui ont de l’embonpoint abdominal risquent notamment d’avoir du diabète de type 2 et de souffrir de maladies cardiovasculaires ou de certains cancers.

C’est donc un phénomène sur lequel il faut être vigilant dès le plus jeune âge, afin de savoir le neutraliser.

Obésité centrale : attention aux risques sur la santé

Une petite bedaine, ce n’est rien du tout. Bon, parfois on se dit que, côté esthétique, il serait préférable de ne pas l’avoir mais, après tout, puisqu’on est fait comme ça… Cependant, une obésité centrale peut être facteur de complications sur le plan médical.

Alors, sans faire de régime draconien, il est tout de même prudent de faire attention.

 

L’obésité centrale, c’est quoi ?

L’obésité centrale est un excédent de graisse corporelle située au niveau du ventre. Elle se mesure principalement grâce à l’Indice de Masse Corporelle. Plus l’IMC est élevé, plus les risques sont grands. Mais il faut faire attention car un individu de poids « normal » peut présenter une obésité centrale. Il faut donc également regarder si le tour de hanche est particulièrement large par rapport au reste du corps.

obésité centrale

L’obésité « centrale » porte bien son nom. Si vous avez du ventre, sans avoir forcément de graisse ailleurs (fesses, cuisses), vous êtes peut-être concerné. Les hommes le sont plus que les femmes. Nous parlons souvent d’embonpoint abdominal ou de « petite bedaine », vous savez, les poignées d’amour !

C’est la mauvaise répartition des graisses dans le corps qui est dangereuse. Si elle stagne au niveau du ventre, elle peut entraîner des risques de maladie cardiaque dans les dix ans qui suivent le début du stockage des graisses.
Un tour de taille supérieur à 94 cm chez un homme et 80 cm chez une femme peut être symptomatique de l’obésité centrale. Afin de vérifier le diagnostic, il faut mesurer la pression artérielle et effectuer un bilan lipidique. C’est votre taux de triglycérides et de glycémie qui pourra indiquer si vous présentez cette obésité.

 

Que faire contre l’obésité centrale ?

Il n’y a pas de surprise sur ce diagnostic : les personnes pratiquant régulièrement une activité physique et ayant une bonne hygiène de vie sont moins concernées que les autres. Une heure d’activité physique par jour et des repas équilibrés sont une manière idéale de ne pas être inquiété par l’obésité centrale.

Cependant, faire du sport au quotidien n’est pas donné à tout le monde. Essayez de marcher le plus possible ou d’utiliser votre bicyclette, prenez les escaliers au lieu de l’ascenseur, nagez le week-end, courez de temps en temps. Ne culpabilisez pas si vous ne pouvez faire une centaine d’abdominaux par jour, ce n’est pas nécessaire.

Dormez le plus possible. C’est pendant le sommeil que le corps se repose, se ressource et répartit correctement ses graisses. Le manque de sommeil augmente les risques d’obésité abdominale.

Buvez plus d’un litre d’eau par jour. Bannissez absolument les boissons sucrées de votre alimentation. Elles sont très dangereuses pour votre santé.

obésité centrale

Le secret d’une bonne alimentation réside dans de bonnes habitudes durables. Ne faites pas « attention » de temps en temps, mais adoptez un réel changement alimentaire. Réduisez peu à peu les aliments très concentrés en calories et concentrez-vous sur les aliments à basse et moyenne densités énergétiques : poissons, viandes maigres, céréales, légumes secs, fromages blancs à moins de 20%, la plupart des fruits et des légumes, les pommes de terre, les avocats…

Un diététicien peut vous aider en cas de doute. Votre médecin traitant peut également vous apporter tous les conseils nécessaires. Encouragez-vous, faites du sport à plusieurs. Donnez-vous des objectifs, comme un nombre de centimètres de tour de taille, entrer dans telle robe ou tel pantalon, plaire à votre moitié pour une soirée spéciale…

Votre nouvelle vie sans petite bedaine doit se faire sans stress, car le stress n’est pas bon pour votre ceinture abdominale. Alors, restez zen et ne vous en faites pas si vous gardez quelques poignées d’amour. Chaque progrès est bénéfique. Et si le problème persiste, faites-vous aider médicalement.

 

À découvrir également :

Céline Perrin

Céline a plus d’une corde à son arc : écrivain public, elle est aussi rédactrice web, correctrice, biographe et auteure pour la jeunesse.
Toujours à l’écoute des autres et très communicative, elle bouillonne d’idées en permanence !
www.abclignes.com
Céline Perrin

Les derniers articles par Céline Perrin (tout voir)

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest