Les ados attendent quelquefois avec impatience le moment où ils pourront se faire faire un piercing ou un tatouage : outre le côté provocateur que revêt cet acte vis-à-vis de nous les parents, ils vivent aussi cela comme une sorte de rite d’initiation.

Nous ne vous donnerons pas de conseils concernant le fait d’autoriser ou non ce marquage symbolique qui relève de votre seule responsabilité de parents, mais vous devrez cependant leur transmettre quelques règles concernant les précautions élémentaires d’hygiène qu’ils doivent respecter s’ils se font tatouer ou subissent un piercing.

 

Piercing et tatouage : des règles d’hygiène fondamentales

piercing et tatouage

  • Faire pratiquer l’acte par un professionnel ayant pignon sur rue et non à la sauvette sur un marché ou un stand forain.
  • Ne pas hésiter à visiter la salle d’intervention et voir le matériel utilisé avant l’acte. Un bon professionnel n’a rien à cacher.
  • Vérifier que les aiguilles sont à usage unique, que le matériel est stérilisé, que le tatoueur porte des gants chirurgicaux.
  • Ne pas se faire tatouer en cas d’exposition au soleil dans les deux mois qui suivent.
  • Bien suivre les conseils donnés pendant la cicatrisation : pansement à refaire, nettoyage avec une solution antiseptique, pas de bains jusqu’à complète cicatrisation, pas de frottements sur la peau fragilisée.
  • Suivre, bien sûr, les contre-indications de base : pas de tatouage ni de piercing pour les personnes hémophiles, ou porteuses du sida ou de l’hépatite B ou C, ou allergiques à certains pigments.
  • Enfin, n’hésitez pas à retourner voir la personne qui a pratiqué l’acte pour vérifier avec elle que tout est normal.
  • Consulter rapidement un spécialiste en cas de complication.

 

Piercing et tatouage, quels sont les risques ?

Malgré toutes ces recommandations, votre ado doit prendre conscience qu’il existe de réels risques, même si l’intervention se déroule dans des conditions optimales.

Les principales complications sont liées à des infections virales (hépatites C ou B, VIH) et bactériennes (notamment pour un piercing sur la langue ou le nombril où des rougeurs avec un écoulement purulent peuvent apparaitre), ainsi qu’à des réactions allergiques (allergies au métal du piercing ou encore aux encres du tatouage).

 

Essayez de comprendre les motivations de votre enfant

Même si vous êtes opposés au fait que votre ado désire se faire tatouer ou percer, ne fermez pas le dialogue avec lui. Privilégiez le dialogue et essayez de comprendre ses motivations. Très souvent, l’adolescent est victime d’un phénomène de mode et de société. Il peut chercher à imiter un ami proche ou encore une star qu’il adule. Parlez-lui des soins qui suivent et des éventuels risques de complications, invitez-le (même si cela est encore bien difficile pour lui !) à se projeter dans l’avenir et à se demander si cela sera de bon goût lors de son entrée dans la vie professionnelle.

Si votre ado est réellement déterminé et que vous acceptez sa décision, accompagnez-le dans ses démarches, afin qu’il s’adresse à un professionnel respectueux de toutes les règles d’hygiène.

Enfin, quelle que soit votre position, rappelez-lui qu’une autorisation parentale est nécessaire avant de se faire tatouer ou de subir un piercing lorsqu’on est mineur. Le consentement parental est donc indispensable avant de passer à l’acte.

 

À lire également :

Céline Perrin

Céline Perrin

Céline a plus d’une corde à son arc : écrivain public, elle est aussi rédactrice web, correctrice, biographe et auteure pour la jeunesse.
Toujours à l’écoute des autres et très communicative, elle bouillonne d’idées en permanence !
www.abclignes.com
Céline Perrin

Les derniers articles par Céline Perrin (tout voir)

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest