Que celui qui n’a pas un jour été agacé par la diffusion d’un spot de pub pour les pompes funèbres lève la main. En effet, qui a envie d’être rappelé à sa propre mortalité, ou à celle de ses proches, entre la poire et le fromage ?

Pourtant, ce sujet, si désagréable semble-t-il, nous concerne tous à un moment ou un autre. Il mérite donc qu’on s’y penche, afin de ne pas se retrouver pris au dépourvu tant l’offre est variée, et parfois opaque.

 

Ouverture à la concurrence en matière de pompes funèbres

Alors que depuis 1993 le monopole communal est interdit en matière de pompes funèbres, l’ouverture à la concurrence du secteur privé aurait dû aider les familles à accéder en toute transparence à toutes les offres disponibles.

Pourtant, dans les faits, lorsque survient un décès, la famille, déjà écrasée par le chagrin est la plupart du temps désemparée face à la multitude d’offres, et surtout par la pléthore d’options proposées, dont on ne sait pas toujours si elles sont indispensables.

La famille se retrouve ainsi tiraillée entre le désir de rendre un dernier hommage digne de ce nom au disparu et, il faut le dire, la bassesse des contingences matérielles.

Si la loi est venue en renfort pour protéger les consommateurs, on dénonce malheureusement encore des abus ou des incompréhensions en matière de pompes funèbres, les familles ayant de plus à se décider rapidement alors qu’elles sont dans la peine.

Les entreprises de pompes funèbres ont d’ailleurs interdiction de démarcher.

 

Prestations obligatoires

Désormais, les entreprises ont pour obligation de fournir un devis standardisé afin qu’il soit facilement comparable à ceux d’autres confrères.

Ce devis, normalement, doit opérer une distinction claire entre les prestations obligatoires, et les autres.

Seuls sont obligatoires :

  • la fourniture d’un cercueil avec 4 poignées,
  • une plaque d’identité,
  • l’acte d’inhumation

ou

  • l’acte de crémation et la fourniture de l’urne cinéraire.

Pompes funèbres

Toutes les autres options : garniture du cercueil, soins de thanatopraxie, transport en chambre mortuaire… sont facultatives en général, sauf dans quelques cas exceptionnels (décès ou transfert du corps à l’étranger par exemple).

Pourtant, certains entrepreneurs sont tentés de laisser croire que les soins facultatifs sont indispensables.

Il revient à la seule famille, dans le respect des dernières volontés du défunt lorsqu’il les a communiquées, de décider de retenir ou non des options facultatives.

 

Que faire pour choisir au mieux ?

Bien entendu, il est conseillé de comparer plusieurs offres. D’où l’intérêt que chaque devis soit parfaitement détaillé, afin de juger des prestations équivalentes.

Une fois le décès constaté par un médecin et déclaré en mairie, procurez-vous la liste (en mairie, dans les établissements de santé, sur les Pages Jaunes) des opérateurs de pompes funèbres de la région.

Les funérailles doivent avoir lieu dans les 6 jours ouvrables qui suivent le décès, ce qui laisse un peu de temps pour consulter plusieurs entrepreneurs.

Si vous pouvez être assisté d’une personne moins affectée que vous, cela vous aidera à prendre la bonne décision, indépendamment de votre chagrin.

Insistez pour avoir le tarif précis de chaque poste du devis, et le détail de chaque prestation.

Enfin, ne dites pas d’emblée le budget dont vous disposez, afin de ne pas influencer l’opérateur.

S’il est vrai que ce n’est pas un sujet facile, anticiper ses obsèques de son vivant peut épargner bien des tracas à son entourage, et nous assurer de recevoir l’hommage qui nous correspond. J’espère ainsi que, loin de vous avoir déprimés, ce billet vous aidera dans les moments les plus durs.

 

À lire également :

Laurence Buffet

Laurence est rédactrice et éditorialiste.
Surnommée « Huggie les bons tuyaux », elle touche à tout et ne paie jamais rien plein pot !
Bavarde et râleuse, ses Éditos mensuels ne mâcheront pas leurs mots !
How feel the Lau
Laurence Buffet

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest