Quand on jardine pour se détendre, ça amène à faire plein de découvertes. Étant allergique au gaspillage, j’ai pris l’habitude d’arroser mes plantes avec l’eau de rinçage de mes légumes, que je mélange aussi à mon eau de vaisselle.

Du coup, les graines de mes tomates, poivrons, melons, achetés chez mon primeur de quartier se sont retrouvées dans mes bacs de plantes.

Quelle n’a pas été ma surprise quand, quelques jours plus tard, j’ai aperçu des plants de tomates dans mes pots, alors que je n’avais rien demandé. Je suis devenue une serial semeuse : je fais pousser les déchets de mes légumes !

Cela signifie que nous avons tous chez nous de quoi démarrer un potager, et cela avec les déchets des fruits et légumes que nous consommons.

Du coup, je me suis penchée de plus près sur la question et ai multiplié, le plus souvent avec succès, les expériences. Et autant dire qu’en plus de me donner quelques beaux légumes bio, ça a plu à tout le monde autour de moi, petits et grands. Ne pas jeter ses épluchures de légumes, c’est utile !

Récupérer les graines des légumes achetés chez le primeur

épluchures de légumes

Dès le début du printemps, on peut planter les graines des tomates, poivrons (plus tard dans la saison des melons), achetés chez son primeur de quartier, directement dans des pots ou bacs.

Ceux qui préfèrent passer par la case semis peuvent le faire dans des boîtes à œufs ou à fromage en carton, qu’ils mettront directement en terre par la suite, le carton se bio-dégradant.

En quelques jours, les plants apparaissent. Il faut leur laisser assez d’espace pour se développer, les arroser suffisamment, et qu’ils aient de la lumière.

Et, malgré la légende urbaine qui veut que les légumes achetés dans le commerce soient traités afin de ne pas pouvoir être reproduits, je me retrouve chaque année à la tête de quelques plants de tomates, poivrons, melons, etc. Une fois l’été arrivé, ces plants donnent des fruits.

Cela marche aussi avec les céréales (blé, maïs, lentille, les différents haricots, etc.). Quand je fais la soupe au pistou, je ne manque pas de planter quelques haricots pour la prochaine !

Multiplier les radis

épluchures de légumes

Lorsqu’on achète une botte, il n’est pas rare d’y trouver de tout petits radis, très fins, qui ont été cueillis trop tôt.

Manger ces radis ne mène à rien tellement ils sont petits. Mais les jeter, ce n’est pas franchement écolo. Je me suis donc amusée à les planter dans un des pots de mon balcon.

Si certains n’ont pas tenu (sûrement à cause de l’arrosage trop sporadique), d’autres ont bien grandi et sont devenus de jolis radis dodus, beaux à croquer !

Mais parmi eux, un de ceux planté au printemps m’a fait le joli cadeau de croître, croître, jusqu’à devenir une belle plante, pleine de fleurs… et surtout de graines !

J’ai donc planté quelques-unes de ces graines, qui ont donné des radis en quelques semaines.

Planter les souches et germes

épluchures de légumes

Lors de la préparation de salade, poireaux, pommes de terre, ail, oignon, plutôt que de jeter la souche ou le germe du légume, pourquoi ne pas le planter ?

Car, si on les place en terre dans les jours qui suivent, on peut constater que ça pousse.

La souche de poireau plantée il y a 2 semaines sur mon balcon mesure maintenant 4 cm de haut !

Les herbes aromatiques

épluchures de légumes

Là aussi, rien de plus facile que de faire proliférer. On trouve des graines d’herbes aromatiques pour trois fois rien dans le commerce. Et une fois en terre, elles poussent rapidement et offrent le plus souvent des graines en été, ce qui leur permet de se multiplier.

Menthe et basilic, en plus de produire des graines, se bouturent très facilement. Il suffit de couper une branche et de la mettre quelques jours dans un verre d’eau, le temps que des radicelles arrivent.

Les mauvaises herbes

épluchures de légumes

Oui, vous m’avez bien lue. Bon nombre de mal-aimées des jardiniers, dites mauvaises herbes, sont comestibles (et délicieuses).

Ainsi, sans que cela ne soit exhaustif, on peut citer : le pourpier, le pissenlit (jeunes feuilles), l’amarante, le chiendent, l’ortie, l’asperge sauvage, le trèfle (oxalis), la camomille, l’ail des ours, la ciboulette sauvage, etc.

On en trouve dans la nature, dans les jardins, rien de plus facile que d’en cueillir un peu et les replanter chez soi.

Si vous n’êtes pas sûr de savoir les reconnaître, faites-vous assister, afin de ne pas ramasser une herbe toxique !

La fève de la galette des Rois provençale

épluchures de légumes

Dans certaines régions, comme en Provence, on met de vraies fèves dans la galette des Rois. Or, bien qu’elles passent au four, ces fèves poussent très bien, je vous assure !

Cultiver des fèves n’est pas compliqué. Dès le printemps, on peut les planter directement dans des pots.

Elles demandent à être arrosées raisonnablement, pas trop, en ayant tout de même besoin d’un peu d’eau tous les jours.

Quelques mois après, on peut cueillir de jolies cosses, pile-poil pour les apéros d’été.

Si tout cela ne permet pas à mon ménage d’être autonome, il est vraiment ludique de voir avec quelle facilité la nature nous offre ses fruits ! Mes légumes sont certes petits, puisqu’ils sont plantés en pots, mais ils ont un goût incomparable à celui de leurs frères trouvés dans le commerce.

Et, étant donné que replanter ses déchets ne coûte rien, c’est une expérience que tout le monde peut aborder, même ceux qui ont peur de ne pas avoir la main verte !

Voilà pour ce qui est de mes expérimentations passées. Et vous, replantez-vous aussi les déchets de vos fruits et légumes ?

 

À lire également :

Laurence Buffet

Laurence est rédactrice et éditorialiste.
Surnommée « Huggie les bons tuyaux », elle touche à tout et ne paie jamais rien plein pot !
Bavarde et râleuse, ses Éditos mensuels ne mâcheront pas leurs mots !
How feel the Lau
Laurence Buffet

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest