Quand on est sensible à la cause animale, on aimerait souvent aider les associations. Si les dons, matériels ou financiers, ou le bénévolat sont les moyens plus connus, tout le monde n’en a pas forcément la possibilité.

Par ailleurs, le public ne sait pas toujours que les associations de protection animale manquent cruellement de familles d’accueil (ou FA).

Voici donc une présentation sommaire du rôle d’une famille d’accueil pour chien ou chat, voire désormais pour NAC (nouveaux animaux de compagnie).

 

La famille d‘accueil pour éviter le refuge

Les refuges, lorsqu’ils recueillent un animal trop stressé par la vie en collectivité, ou qui doit rester au repos après une chirurgie ou suivre un traitement médical, optent souvent pour le placement en famille d’accueil. C’est également le cas pour les bébés non sevrés, qui ont besoin de soins spécifiques, ou au contraire pour les plus âgés.

C’est en effet le moyen le plus doux pour l’aider à supporter cette situation, loi du stress de la vie en collectivité.

Sans compter que de nombreux refuges sont totalement débordés, les abondons étant toujours plus nombreux que les adoptions, et que certaines associations, faute de locaux, fonctionnent exclusivement avec des familles d’accueil ; c’est dire l’importance de ces dernières.

 

Un placement sous contrat avec l’association

famille

Concrètement, l’animal est placé dans sa FA sous contrat associatif, en vue d’une adoption définitive la plupart du temps.

La famille soigne et nourrit l’animal comme si c’était le sien, et c’est l’association qui finance les soins et traitements médicaux, voire parfois la nourriture et la litière (selon les ressources de ladite association). Sans parler des câlins, balades, parties de ballon !

La durée de placement dépend de la nature des problèmes de l’animal. Certains animaux, trop âgés ou malades, ne seront pas estimés adoptables par une famille définitive, contrairement à leurs congénères en pleine forme, qui seront proposés le plus rapidement possible afin de libérer la place.

Il faut donc préciser ses disponibilités au moment où l’on se décide à devenir FA. Les associations s’engagent à reprendre l’animal si la cohabitation se passait mal. Elles restent un soutien pour les FA et les aident à prodiguer les meilleurs soins ; il arrive souvent que les associations donnent des nouvelles de l’animal à sa FA après qu’il ait été adopté.

Quasiment toutes les associations, qu’elles soient connues sur le plan national comme la SPA, ou au contraire locales, recherchent des familles d’accueil pour leurs protégés.

Il n’est pas rare qu’une famille d‘accueil craque et adopte définitivement son petit pensionnaire.

 

Critères d’une famille d‘accueil

Placer un animal en famille d‘accueil répond à plusieurs objectifs : rassurer et entourer l’animal, lui prodiguer les soins d’hygiène, observer son comportement, lui administrer ses médicaments le cas échéant.

Cela requiert de la douceur, de la patience, voire une âme d’infirmière.

Certaines FA étant dédiées à la quarantaine, une pièce supplémentaire leur est nécessaire pour mettre l’animal à l’écart, le temps que les traitements anti-parasitaires soient réalisés et les examens de routine effectués.

C’est également le cas quand un animal est déjà présent dans la FA, il faut pouvoir isoler momentanément le petit nouveau.

 

Avantages de la FA pour les animaux

famille

Les familles d’accueil permettent :

– aux animaux de retrouver un peu de sérénité suite au traumatisme de l’abandon, d’une blessure ou une maladie…,

– aux associations d’économiser de précieuses ressources : économie d’argent grâce à l’absence de terrain et d’infrastructures, sans compter qu’il y a ainsi moins de bénévoles à recruter. Cela permet d’avoir un budget plus conséquent pour « les consommables » : nourriture, médicaments, soins vétérinaires…,

– aux refuges de libérer une place pour un nouvel animal à sauver.

 

Bénéfices pour la famille

Et pour la famille qui reçoit l’animal, c’est :

– l’occasion, si elle hésite à s’engager et adopter, de jauger comment se passe la vie avec un animal à la maison,

– la joie de vivre avec un 4 pattes à ses côtés,

– aider une association de protection animale, à sa manière.

Parmi vous, lecteurs de Quotibien, certains sont-ils déjà familles d’accueil ? Si tel est le cas, nous attendons vos impressions en commentaires avec impatience.

 

À lire également : Animal trouvé ou perdu, ayez les bons réflexes.

Laurence Buffet

Laurence est rédactrice et éditorialiste.
Surnommée « Huggie les bons tuyaux », elle touche à tout et ne paie jamais rien plein pot !
Bavarde et râleuse, ses Éditos mensuels ne mâcheront pas leurs mots !
How feel the Lau
Laurence Buffet

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest