Comment se tenir chaud en novembre

Alors que nous célébrons dès le 1er novembre tous les saints, les fumets de soupe au potiron, les bûches qui craquent dans la cheminée et les goûters composés de marrons chauds nous rappellent que novembre et l’automne se sont bel et bien installés.

Sans même nous en rendre compte, comme chaque année, nous reprenons nos habitudes automnales. Le besoin de cocooning se fait ressentir, et c’est avec joie que nous nous retrouvons entre amis autour de bonnes bouffes, de bons plats régionaux et d’un verre de Beaujolais Nouveau.

Seulement quelques jours après le rejet du traité CETA par nos voisins Wallons, autant dire que nous apprécions à leur juste valeur nos produits de terroir et d’appellation d’origine contrôlée, que ledit traité voudrait voir supprimés ! Que serait la France sans ses fromages « qui puent », sa gastronomie et ses vins ? Un bien triste endroit aseptisé. Alors trinquons à la santé des Wallons ! (avec modération tout de même).

Mais novembre est aussi la saison de la récolte de la Banque alimentaire et des températures qui baissent alors que la pauvreté progresse. Alors, forcément, vu le nombre de personnes en difficulté, on ne peut pas rester insensible et ne pas penser solidarité.

Outre les sans-abris, qui survivent comme ils peuvent, de trop nombreuses personnes ont du mal à se chauffer, notamment parmi nos aînés. Pour ces femmes et ces hommes, tout comme pour les animaux errants, la saison froide est difficile.

Pourtant, chacun à sa manière, nous pouvons faire un petit geste pour lutter contre cette misère, directement à l’égard d’une personne en difficulté ou auprès d’une association, et sans pour autant se ruiner car les temps sont durs pour tout le monde.

Donner un paquet de pâtes, des pulls, des chaussettes etc., sera toujours bienvenu ; comme offrir une boisson chaude ou un sandwich à celui qui a faim. Il est aussi possible de s’engager à servir une soupe avec une association citoyenne.

Quant au linge de maison défraîchi, il fera le bonheur des pensionnaires des associations de protection animale qui sont en cage à l’extérieur. En plus d’aider, ces gestes permettent de limiter le gaspillage et de recréer du lien entre les gens, puisque cela nous fait rencontrer de nouvelles personnes que nous n’aurions peut-être jamais abordées ailleurs. « What else » ?

Ayant ainsi élargi notre cercle de relations, nous aurons encore plus d’opportunités de profiter des bonnes choses qui, malgré tout, nous attendent. Déjà, nous saurons comment occuper nos jours fériés en triant ce que nous avons à donner ! Et, pour nous féliciter d’avoir bien œuvré, pourquoi ne pas profiter des festivals d’automne, comme celui des Inrocks, qui couvre Paris, Tourcoing, Nantes et Bordeaux ? Un beau tour de France en perspective.

Quoi qu’il en soit, novembre nous trouvera plus soudés que jamais. Debout, nous nous tiendrons derrière ceux d’entre nous qui sont les plus démunis, derrière les fonctionnaires qui font ce qu’ils peuvent pour assurer notre protection, notre sécurité et notre santé, derrière tous les bénévoles et ceux qui tentent d’endiguer la misère avec leurs faibles moyens. Puisqu’il fait froid, rapprochons-nous et resserrons les rangs.

Laurence Buffet

Laurence est rédactrice et éditorialiste.
Surnommée « Huggie les bons tuyaux », elle touche à tout et ne paie jamais rien plein pot !
Bavarde et râleuse, ses Éditos mensuels ne mâcheront pas leurs mots !
How feel the Lau
Laurence Buffet

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest