Quand nos animaux sont malades, non seulement nous sommes inquiets pour eux, mais en plus nous devons faire face à de gros frais, les traitements vétérinaires ne bénéficiant pas du système de Sécu comme  pour les humains, sauf si nous souscrivons à une mutuelle.

Si acheter ses médicaments chez le vétérinaire est pratique, c’est souvent onéreux.

Pour autant, il existe quelques moyens pour les payer moins cher, surtout quand Médor ou Matou ont un traitement à long terme, voire à vie.

Pour cela, on se penche vers les grands formats, les parapharmacies à prix cassés, voire, dans quelques cas exceptionnels, vers les médicaments pour humains.

 

Traitement vétérinaire : gros conditionnements

Quand c’est possible, et que le produit ne s’altère pas avec le temps, préférer les gros conditionnements permet de diminuer la note.

Comme pour les humains, les gros conditionnements offrent des prix au poids plus intéressants. C’est le cas par exemple pour les suppléments nutritionnels destinés à la flore intestinale des chiens et chats vendus en seringue : 15ml coûtent environ 15 €, alors que le 30ml en vaut une vingtaine. De même, une poudre pour le soutien de la fonction rénale revient à presque 15 euros pour 60g, et à 25 euros pour 180g, soit le triple. La démonstration parle d’elle-même.

 

Médicaments vétérinaires en pharmacies et parapharmacies pour humains

traitements vétérinaire

Eh oui, nos pharmacies ne vendent pas seulement des antiparasitaires, des shampoings, etc, mais aussi des médicaments pour chats et chiens, certaines même en faisant une spécialité.

Là où ça devient intéressant, c’est dans les parapharmacies à prix cassés qui fleurissent dans nos villes depuis quelques années. Leurs prix étant souvent imbattables, il n’est pas rare d’y gagner quelques euros par boîte.

Si l’achat de produits comme l’antipuce reste libre, pour se faire délivrer des médicaments (antibiotiques, cortisone, traitements pour le cœur, les reins, etc.), il faut être en possession de l’ordonnance rédigée par le vétérinaire.

Pensez à la faire enregistrer par le pharmacien, afin de ne pas avoir à la ramener à chaque passage.

 

À l’initiative du vétérinaire, médicaments pour humains

Sous certaines conditions très strictes, et dans de rares cas (souvent en urgence), il est possible d’utiliser « l’équivalent » médicamenteux pour humain. En effet, une partie de la pharmacopée vétérinaire est inspirée de celle de leurs congénères à 2 pattes. Mais seulement inspirée.

Attention, seul le vétérinaire est à même d’indiquer les dosages, car ils ne sont pas proportionnels au poids de l’animal, le calcul est bien plus complexe et dépend de chaque médicament et de l’espèce de l’animal. Ainsi, les doses peuvent parfois  être plus importantes pour un chat de 5 kg que pour un humain, d’autres fois non.

Pour pouvoir utiliser un médicament pour humains, le vétérinaire doit impérativement le mentionner sur son ordonnance et indiquer la posologie adaptée à votre animal.

Sachez toutefois que vous ne pourrez pas imposer à votre vétérinaire de vous donner un médicament pour humain, car la loi lui impose de prescrire en priorité un médicament vétérinaire. C’est à lui seul de juger de l’opportunité d’une telle prescription.

Pour qu’un pharmacien puisse vous délivrer un tel produit, en plus de vous demander l’ordonnance, il doit :

  • être titulaire de son officine,
  • détruire la vignette de la boîte,
  • écrire dessus qu’elle est destinée à un usage vétérinaire.

Bien entendu, la Sécurité sociale n’a rien à rembourser, puisque l’achat est destiné à un animal, et non à un humain assuré. Vous pouvez cependant gagner quelques euros, car les laboratoires pour humains appliquent généralement des tarifs inférieurs aux labos vétérinaires.

Il faut savoir que la prescription et la délivrance de médicaments vétérinaires sont strictement encadrées par le Code rural et le Code de la santé publique, inutile donc de faire le forcing auprès de votre pharmacien, il ne pourra rien pour vous sans ordonnance.

Ces quelques astuces, si elles ne sont pas miraculeuses, permettent cependant de faire quelques économies sur le traitement de Médor. Excusez ma curiosité, chers lecteurs, mais maintenant je m’interroge sur vos propres expériences en la matière.

Découvrez également 14 types d’aliments à bannir pour nos amis à 4 pattes !

Laurence Buffet

Laurence Buffet

Laurence est rédactrice et éditorialiste.
Surnommée « Huggie les bons tuyaux », elle touche à tout et ne paie jamais rien plein pot !
Bavarde et râleuse, ses Éditos mensuels ne mâcheront pas leurs mots !
How feel the Lau
Laurence Buffet

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest