Le printemps est là, les jardiniers, confirmés et du dimanche, ressortent avec bonheur bineuse et sécateur. C’est le moment de semer.

Et, pour multiplier les espèces à moindre coût, il existe un truc vieux comme le monde : le troc de graines.

Il faut dire qu’avec Internet et les réseaux sociaux, il est facile de trouver des amateurs, car les groupes y pullulent. Ainsi, apparaissent des grainothèques un peu partout sur le territoire, la première étant née à La Rochelle.

Troc de graines : qu’échange-t-on ?

Qu’on ait récolté les graines de ses fleurs et les fruits l’année précédente, ou qu’on en ait acheté de trop, on peut les proposer à d’autres jardiniers, en échange de graines d’autres variétés.

Et on fait de même avec les boutures, les griffes de muguet, les bulbes…

Trouver un groupe de troc sur Internet

graines

Il suffit de chercher des groupes de troc sur un moteur de recherche ou sur les réseaux sociaux. Les troqueurs s’envoient les graines par courrier ou se rencontrent quand ils en ont l’occasion. Certains organisent même des évènements à cet effet.

Cela fait quelques années que je troque les graines de mes hélianthus et belles de nuit contre des graines de pensées et lin via un groupe sur les réseaux. Je multiplie les espèces sans rien débourser, mis à part le timbre, ce qui est plutôt symbolique.

Et quel plaisir de recevoir des graines de fleurs dans sa boîte aux lettres à la place des incontournables factures ! Sans compter que c’est un bon moyen d’assurer la bio-diversité.

Mais il est aussi possible d’échanger ses graines « dans la vraie vie », notamment grâce aux grainothèques.

La grainothèque

Il s’agit tout simplement de dédier une partie des bibliothèques au troc. Une boîte y est installée, dans laquelle les uns et les autres peuvent déposer des graines ou se servir.

Voici une carte des grainothèques actuelles.

Ces trocs ont de multiples avantages : ils permettent d’écouler son stock personnel de graines (mes belles de nuit en donnent bien plus qu’il ne m’en faut), de se procurer des graines gratuites et surtout de trouver des idées que l’on n’aurait pas eues tout seul ! Alors, prêts à troquer ?

 

Attention : il est interdit d’envoyer des graines d’une espèce végétale dont la culture est prohibée dans le pays destinataire.

Laurence Buffet

Laurence Buffet

Laurence est rédactrice et éditorialiste.
Surnommée « Huggie les bons tuyaux », elle touche à tout et ne paie jamais rien plein pot !
Bavarde et râleuse, ses Éditos mensuels ne mâcheront pas leurs mots !
How feel the Lau
Laurence Buffet

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest