L’écho de la création d’un revenu universel en France fait beaucoup de bruit. Dernièrement, le 6 janvier 2016, le Conseil national du numérique (CNNum) a remis une étude au gouvernement préconisant la mise en place d’un revenu de base pour tous.

Idée ancienne et controversée, en quoi consiste ce concept ? Quels sont ses enjeux et pourquoi prend-il une telle ampleur ? Décryptage.

Le revenu universel pour tous, c’est quoi ?

revenu universel pour tous

Utopique il y a quelques années, révolutionnaire aujourd’hui, le revenu universel revient sur le devant de la scène. En réalité, ce concept est très ancien. Il remonte au XVIe et XVIIIe siècle où il navigue entre différents courants de pensée, traversant allègrement les frontières idéologiques et géopolitiques.

Il ne manque pas à l’époque de fervents partisans, comme le philosophe Thomas Paine qui travailla ardemment dessus ou encore Napoléon et Martin Luther-King qui le défendirent avec ferveur.

Mais en quoi consiste le revenu universel ? Cette mesure a pour vocation de permettre à chaque individu de percevoir une somme minimale pour vivre décemment. Ce revenu de base serait alloué de manière inconditionnelle à l’ensemble des citoyens, qu’ils soient travailleurs à temps plein ou temps partiel, chômeurs volontaires ou non et serait cumulable avec d’autres revenus.

Il serait versé sans conditions de ressources, ni contrepartie, dès l’âge de 18 ans et ce jusqu’au décès de l’individu. Il se substituerait à la plupart des aides sociales (RSA, allocations familiales, etc.). En revanche, seraient conservées les retraites ainsi que les aides aux logements et à la santé. D’autre part, en fonction du montant fixé pour ce revenu de base, les allocations de chômage seraient préservées ou non.

L’objectif est de simplifier notre système social, d’éradiquer la pauvreté en France et de laisser la liberté aux individus de choisir leur travail. Le chômage massif poussant trop de personnes à prendre un emploi qu’elles n’aiment pas, le revenu de base pour tous pourrait améliorer cet alarmant constat.

En versant ce revenu, uniformément et sans condition, on permettrait aux citoyens de choisir leur voie. Si certains le souhaitent, ils pourraient le compléter en travaillant, par contre, si d’autres préfèrent s’en contenter, libre à eux.

Revenu universel et salaire à vie : des nuances notables

revenu universel pour tous

Revenu universel, de base, d’existence ou encore allocation universelle, un grand nombre de termes sont aujourd’hui utilisés pour désigner ce concept. Comme l’explique le Conseil national du numérique dans son rapport : « Les différences entre ces dispositifs relèvent plutôt des finalités ou des montants envisagés, qui vont de l’équivalent du RSA jusqu’à 750 ou 1000 euros par mois ».

Mais le revenu universel diffère du salaire à vie. Si ce dernier suit un principe semblable, c’est-à-dire basé sur l’individualisation de la rémunération, son fonctionnement n’est pas le même. Contrairement au revenu universel ou de base qui consiste à distribuer la même somme à chacun, tout en laissant persister le modèle économique de façon identique, le salaire à vie vise au contraire à transformer l’intégralité de ce modèle en socialisant l’ensemble des revenus.

Pour faire plus simple, une entreprise ne paierait plus de salaire, mais verserait directement l’argent dans une caisse dédiée, chargée de rémunérer les salariés, en poste ou non chez elle, en fonction de leur qualification.

Le revenu universel : pourquoi la réflexion s’impose ?

revenu universel pour tous

Nous sommes à une période charnière de notre modèle économique. Le travail comme nous l’avons connu au XXe siècle est en pleine mutation. Dans un contexte de chômage de masse persistant, l’émergence de l’économie numérique bouleverse le monde du travail.

L’automatisation des tâches favorise le travail indépendant au détriment du salariat.Les parcours professionnels sont devenus de plus en plus hybrides et pluriactifs. Favoriser les recherches et offres d’emploi en s’adaptant aux évolutions des demandeurs et acteurs de l’emploi incite à mettre en place un nouveau modèle économique et social.

La révolution numérique et la montée en puissance de « l’uberisation » (économie collaborative ou de partage) poussent les tâches peu qualifiées et peu payées à être plus susceptibles d’automatisation, nous conduisant ainsi à une polarisation du marché du travail. Ce phénomène pourrait entrainer un accroissement des inégalités et une paupérisation massive.

Un revenu de base pour tous pourrait-il être une bonne alternative pour renverser cette tendance ? C’est en tout cas ce que pensent nos amis finlandais qui devraient être le premier pays européen à expérimenter le revenu universel pour tous. Une chose est sûre, le sujet fait débat et couler beaucoup d’encre…

 

À lire également :

Validation des acquis de l’expérience : comment ça marche ?

Cathy Delcros

Cathy est rédactrice web, biographe et auteure.
Toujours à l’affût de bons plans et de nouveautés, elle adore partager ses coups de cœur tout comme ses coups de gueule !
Femme à tendance suractive, elle booste sa vie autant que celle dont elle croise le chemin !
www.larondedesans.fr
Cathy Delcros

Commenter cet article sur Facebook !

commentaires

Pin It on Pinterest